Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avoir un (ex) petit ami gai : mode d'emploi, Carrie Jones

Publié le par Jean-Yves Alt

Après deux années de relation avec Dylan, convaincue qu'il est l'amour de sa vie, Belle Philbrick, la narratrice de sa propre histoire, apprend par son propre petit ami qu'il est gay.

Mille questions l'assaillent alors : Depuis combien de temps le sait-il ? Combien de fois m'a-t-il embrassée en souhaitant que je sois un garçon ? Combien de fois a-t-il grimacé à l'intérieur quand je l'embrassais ? Comment se fait-il que je n'aie rien vu ? Comment pouvions-nous faire l'amour presque tous les jours avant de passer à nos devoirs ?...

Belle se sent coincée entre la colère et le désir de ne pas perdre Dylan.

« Je frissonne. La vérité est que je suis vraiment fâchée contre Dylan. Je suis vraiment fâchée, mais pas parce qu'il est homosexuel, parce qu'il a prétendu ne pas l'être. Comment puis-je le dire à ma mère ? Comment puis-je lui dire que le garçon qu'elle croyait que j'épouserais ne m'a jamais aimée de cette façon ? » (pp. 40-41)

Avoir un (ex) petit ami gai : mode d'emploi, Carrie Jones

En exposant les tourments de Belle Philbrick, Carrie Jones ne fait pas seulement œuvre de lucidité et de sincérité. Elle séduit ses lecteurs en montrant l'homosexualité sous un angle encore rarement traité, mais aussi signale une conception de l'existence que nos contemporains ont beaucoup de mal à partager : la plus risible de nos passions est celle de notre identité ; que ce que nous avons en propre, ce sont nos rêves, et quelques fantômes ; que l'idée de notre moi n'est qu'une erreur de grammaire ; que nous sommes faits d'échos, de passions désordonnées, de pensées sans suite ; que nous ne cherchons jamais qu'à nous donner une raison.

« Son regard était triste, mais j'ai essayé d'être drôle parce que je ne pouvais pas supporter de le voir aussi triste ; pas mon jeune prodige, pas mon Dylan. J'aurais voulu pénétrer en lui et chasser toute sa tristesse, mais je voulais également entrer en lui et devenir cette tristesse dans ses yeux, être grande et prodigieuse comme lui, être capable de chanter pour toujours ces airs musicaux. J'avais peur d'être moi et que Dylan soit Dylan, et je voulais simplement..., je voulais simplement que nous soyons ensemble, que nos âmes s'entremêlent comme dans la baignoire. Ou encore, je voulais simplement être une toute petite fille qui pouvait disparaître entre ses bras et ne plus voir ses yeux tristes fixés sur moi, sans rien me dire. » (p. 43)

■ Avoir un (ex) petit ami gai : mode d'emploi, Carrie Jones, Ada Editions, 386 pages, septembre 2012, ISBN : 978-2896676071

Commenter cet article