Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'homosexualité dans « La philosophie dans le boudoir » de Sade (1795)

Publié le par Jean-Yves Alt

Dans « La philosophie dans le boudoir », on trouve dès les premières pages un discours sur l’homosexualité. A cette époque révolutionnaire, où la bourgeoisie est instituée, la « bougrerie » (avoir des mœurs de sodomite) est associée aux aristocrates. Le Chevalier de Mirvel fait un éloge de l'« homosexualité » alors que pour les révolutionnaires, seule l'hétérosexualité peut être triomphante : le Chevalier de Mirvel s'en prend aux Don Quichotte de ces goûts ordinaires. Il dit à la fois accepter tous les goûts et, en même temps, établit une hiérarchie entre les goûts naturels et ceux de l'homosexuel, en qualifiant ces goûts de « bizarres » et de « singuliers », ce qui sous-entend que l'homosexuel reste contrefait, non normal.

Le Chevalier : « Je ne te cacherai point mes extravagances avec lui : tu as trop d'esprit pour les blâmer. Dans le fait, j'aime les femmes, moi, et je ne me livre à ces goûts bizarres que quand un homme aimable m'en presse. Il n'y a rien que je ne fasse alors. Je suis loin de cette morgue ridicule qui fait croire à nos jeunes freluquets qu'il faut répondre par des coups de canne à de semblables propositions ; l'homme est-il le maître de ses goûts ? Il faut plaindre ceux qui en ont de singuliers, mais ne les insulter jamais : leur tort est celui de la nature ; ils n'étaient pas plus les maîtres d'arriver au monde avec des goûts différents que nous ne le sommes de naître bancal ou bien fait. Un homme vous dit-il d'ailleurs une chose désagréable en vous témoignant le désir qu'il a de jouir de vous ? Non, sans doute ; c'est un compliment qu'il vous fait ; pourquoi donc y répondre par des injures ou des insultes ? Il n'y a que les sots qui puissent penser ainsi ; jamais un homme raisonnable ne parlera de cette matière différemment que je ne fais, mais c'est que le monde est peuplé de plats imbéciles qui croient que c'est leur manquer que de leur avouer qu'on les trouve propres à des plaisirs, et qui, gâtés par les femmes, toujours jalouses de ce qui a l'air d'attenter à leurs droits, s'imaginent être les Don Quichotte de ces droits ordinaires, en brutalisant ceux qui n'en reconnaissent pas toute l'étendue. »

Donatien Alphonse François de Sade, « La philosophie dans le boudoir » ou Les instituteurs immoraux - Dialogues destinés à l'éducation des jeunes demoiselles

Premier dialogue entre Mademoiselle de Saint-Ange et le Chevalier de Mirvel, Londres, 1795

Commenter cet article

bibo 04/01/2016 14:15

Le commentateur n'a rien compris : Sade dit bien pourtant "leur tort est celui de la nature", il n'y a là aucune contrefaction !
Par ailleurs l'homosexualité est parfaitement a-normale puisque la norme est l'hétérosexualité. Aucun sous-entendu là-dedans, c'est un fait universel.