Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le dos, Alain Lercher (nouvelles)

Publié le par Jean-Yves Alt

« Le dos » qui donne son titre au livre et « La famine » qui est l'écho cruel des horreurs de notre temps sont des récits, à l'écriture purifiée de tout effet, qui nous conduisent hypnotisés vers d'atroces évidences.

La nouvelle « Un paradis perdu », énième éducation sentimentale d'un Frédéric Moreau des années 60, texte autobiographique (?) sur la sexualité d'un adolescent quand baiser posait problème à qui ne voulait pas illico s'enfoncer dans les perspectives définitives du mariage, alors que la libéralisation des mœurs pointait son bout de sexe revendicatif.

Le dos, Alain Lercher (nouvelles)

« Un paradis perdu » est le récit le plus authentique de ce recueil, et par là même le plus désespéré, sur des relations amoureuses que nous croyons préservées de la tragédie ordinaire. S'exalter ici pour ces braves hétéros peut paraître excessif. Pourtant, sans vouloir pontifier, Alain Lercher est un remarquable conteur en saisissant toute la mélancolie inhérente à la différence des sexes et illustre sans tapage l'essai d'Elisabeth Badinter : « L'un est l'autre : des relations entre hommes et femmes ».

L'hétéro n'est pas plus heureux d'aimer les femmes, ou du moins de ne devoir qu'aimer les femmes comme si au-delà (ou à côté, ou en plus), il souhaitait connaître d'autres repos où il oublierait d'être guerrier, où l'obligation du désir ne se heurterait pas aux codes.

Car ce jeune homme qui se refuse la tendresse s'ampute de la joie, bloque à tout jamais l'épanouissement de la chair...

■ Le dos, Alain Lercher, 160 pages, Editions Verdier, 1992, ISBN : 2864321467

Commenter cet article