Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans la poussière des Dieux, Rupert Chawner Brooke

Publié le par Jean-Yves Alt

Ce recueil de poèmes, édité par le regretté Claude Michel Cluny, rassemble les rares textes de Rupert Brooke. La préface est de Henry James. Dans la postface, Patrick Hersant éclaire la vie et l'œuvre de ce jeune homme qui ne s'est pas attardé dans « ce monde usé, ce monde las et froid », ce jeune écrivain du début du XXe siècle si peu connu en France (1).

Le miracle s'accomplit. Le lecteur peut lire les superbes poèmes du beau Rupert :

« Nous sommes les favoris de la terre, nous savons sa leçon. / La vie est notre cri... (page 71) Nous irons parmi l'air, lumineux, de passage, / Autour des lieux qui nous ont vu mourir. (page 73) »

On songe – c'est délicieux et cruel – à ces frères lointains qui se baignèrent, nus, dans les rivières anglaises et dont certains, fauchés par la mort dans l'adolescence, ont disparu de nos mémoires.

Dans la poussière des Dieux, Rupert Chawner Brooke

Rupert Brooke voulait que la guerre de 14 fût le prolongement exalté d'une jeunesse qu'il ne savait pas quitter.

Vivre, c'était accepter que l'amour des garçons ne fût pas cet élan ensoleillé vers la beauté et la jeunesse, mais une banale étape vers la vieillesse.

La poignante et pure poésie de Brooke témoigne du bref destin d'un héros « trop aimé des Dieux » (quatrième de couverture).

■ Dans la poussière des Dieux, Rupert Chawner Brooke, Editions La Différence/Orphée, 126 pages, 1991, ISBN : 978-2729106584

Quatrième de couverture : Rupert Chawner Brooke (1887-1915). Sa mort au début de la Grande Guerre, à Skyros, en mer Egée, parachève le bref destin du jeune poète trop aimé des Dieux. Sa réelle beauté, sa place parmi les « Néo-Païens » et la Fabian Society, le charme troublant de ses vers, la foi dans l'avenir des Sonnets de guerre ont assuré sa gloire, que l'on aurait pu croire plus fragile alors qu'elle s'est pérennisée dans ce double symbole : la jeunesse et la grâce. Célébré après sa mort par Henry James dans ces pages de présentation inédites en français, son œuvre de poète n'avait jamais été publiée en France. Le choix, la traduction et la postface sont dus à Patrick Hersant.


(1) A noter : la parution en 2015 d'un hors série de la revue « Inverses » : Rupert Brooke, ou les sortilèges de la beauté, ISBN 978-2952881098, 205 pages, 15 €, avec frais de port: 18,70 €

Commenter cet article