Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La dérive homosexuelle, Guy Hocquenghem (1977)

Publié le par Jean-Yves Alt

Cet essai de Guy Hocquenghem est – à travers différents articles parus dans « Les Temps modernes » de Sartre, « Libération », « Le Nouvel Observateur », « Partisans », etc. – le trajet personnel de l'auteur. En cela, son livre est passionnant malgré une terminologie d'universitaire qu'il aurait pu pourrait facilement se passer.

Cri d'un écorché

En face d'une homosexualité sur laquelle on ne peut rien ou qu'on tente (malaisément) d'intégrer au système, Hocquenghem réagit. Avec angoisse, avec le plus de rationalisme possible, et avec finesse.

Guy Hocquenghem pèse le pour et le contre dans ce qui demeure « la difficulté d'en être », et d'en être bien, sans honte, honnêtement. Comment ne pas souffrir de mener une double existence lorsqu'il se reconnaît homosexuel ? « D'un côté la vie militante, la révolution. De l'autre la vie affective, l'homosexualité ».

Plus tard, il n'aura plus à cacher ses désirs, et connaîtra la sérénité d'allier sa vie personnelle avec sa vie militante. Il deviendra même l'écrivain homosexuel de service, le représentant de la cause.

La dérive homosexuelle, Guy Hocquenghem (1977)

Guy Hocquenghem est un insoumis. Il devine rapidement que l'essentiel des attentes des homosexuels vise la respectabilité et l'honorabilité, forme d'embourgeoisement qu'il honnit. Car Guy Hocquenghem magnifie les bas-fonds, remémore les attaches entre homosexualité et délinquance, complimente Pasolini d'être mort en aventurier, convoite la clandestinité…

Hocquenghem reste sceptique devant la possibilité d'une homosexualité logiquement bien vécue, dans un équilibre intime et social. Il fait grincer les dents des idéalistes de tous bords, et c'est avec enjouement qu'il se s'expose comme une « machine à jouir », se moque de l'amour et ridiculise ceux et celles qui sont à la recherche de l'âme sœur : « le gna-gna à l'eau de rose des sentiments me soulève le cœur ».

Hocquenghem dénonce la venue d'un monde aseptisé où la loi érigerait en système organisé actes et comportements. Il rêve pour tout être humain le droit au vagabondage, à l'aventure, à l'impétuosité.

Autre chose : Guy Hocquenghem étudie le cas des « folles », des « mariconas », faune étrange, provenant d'une humanité comme à part. Faut-il se détourner de ces sources vives, de cette spontanéité à se vivre ?

« La Dérive homosexuelle », dont le titre crée un inutile malentendu, est un livre passionnant.

■ La dérive homosexuelle, Guy Hocquenghem, Editions Jean-Pierre Delarge, 160 pages, 1977, ISBN : 271130065X


Du même auteur : L'amour en relief - La colère de l'Agneau - Les petits garçons - Les voyages et aventures extraordinaires du frère Angelo - Le désir homosexuel - L'âme atomique (avec René Schérer) - Race d'Ep - Comment nous appelez-vous déjà ? (avec Jean-Louis Bory)

Commenter cet article