Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des nouvelles des éditions Pierre Mainard

Publié le par Jean-Yves Alt

Thierry Metz, « POÉSIES 1978-1997 », 184 pages, ISBN : 978-2913751606, 18€

La présente édition rassemble les poèmes de Thierry Metz (1956-1997) jamais parus en livre et, pour la majorité, extraits de la revue Résurrection qu’animait Jean Cussat-Blanc. Il fut le premier à reconnaître le poète, au point d’alerter Jean Grosjean alors lecteur chez Gallimard – maison où seront publiés Le Journal d’un manœuvre (1990) et Lettres à la bien-aimée (1995). Les poèmes présentés courent sur deux décennies durant lesquelles l’écriture façonne une œuvre à travers laquelle une voix observe, « attend quelque chose qui ne viendra pas... », et fait résonner un chant intensément intime.

Thierry Metz (1956-1997) est né à Paris. Il vécut dans le Lot-et-Garonne à Saint-Romain-le-Noble, fut manœuvre, maçon puis ouvrier agricole. De 1995 à 1997, il résida à Bordeaux.


Sylvain & Ludovic Massé, « LAM, LA TRUITE », 160 pages, ISBN : 978-2913751613, 16€

Tout au long de ce conte parabolique « livre de nature et poème de la rivière », Sylvain et Ludovic Massé nous font vivre de l’intérieur le corps d’un torrent. Dans les eaux montagneuses et tempétueuses du Vallespir en Catalogne, Lam, une jeune truite, mène une vie pleine de péripéties. Chaque moment de son existence, où se mêlent chasses, dangers, plaisirs, amours..., fournit aux auteurs l’occasion de personnifier le vivant qui abonde dans ces eaux profondes : façon de nous rendre, sans doute, plus familière cette nature sauvage. Lam, la truite est un récit profondément original, né d'un regard, nourri par un savoir, écrit avec l'intensité d'un poème lyrique.

Ludovic Massé (1900-1982) s’est imposé comme un conteur hors pair sachant tout à la fois témoigner pour les humbles et les rebelles, dévoiler les profondeurs de l’âme humaine et chanter cette terre catalane où s’inscrivent tous ses romans. On lui doit notamment : Le Mas des Oubells (1933), Le Vin pur (1944) ou encore Les Grégoire (1944-1948). Sylvain (1888-1971), l’aîné des Massé, était un amoureux de la nature ; grand observateur, ses connaissances du terrain en faisait un exemple pour Ludovic. Pêcheur émérite, c’est lui qui soumettra à l’écrivain le manuscrit de ce qui deviendra Lam, la truite.

Des nouvelles des éditions Pierre Mainard

Marie-Élisabeth Caffiez, « SOUS LES YEUX DES AÏEUX », 60 pages, ISBN : 978-2913751583, 12€

Marie-Élisabeth Caffiez (épouse Bournois), qui suivit de loin dans sa jeunesse les activités du groupe surréaliste animé par Ivar Ch’Vavar, compose Sous les yeux des aïeux à la fin de 1998. Elle y évoque son enfance et son adolescence au village. Plusieurs de ces poèmes ont paru dans l’anthologie Cadavre grand m’a raconté (éditions du Corridor bleu).

Marie-Élisabeth Caffiez est née à Wambercourt (Pas-de-Calais), en février 1951. Au collège-lycée de Montreuil, elle suit de loin les activités du groupe surréaliste animé par Ivar Ch’Vavar, elle devient vendeuse dans un grand magasin du centre-ville jusqu’à sa rencontre avec Étienne Bournois en 1973. Elle épouse ce quadragénaire qui écrit des poèmes, trouvant cela ridicule elle se met à la poésie « pour le taquiner, lui faire honte ». Elle ne tarde guère à remporter des succès qui rendent son époux fou de rage...


Juan Sánchez Peláez, « FILIATION OBSCURE », 86 pages, ISBN : 978-2913751590, 14€

Son premier livre, Elena y los elementos (1959) annonce la couleur de toute son œuvre : « l’imprévisible logique du désir » (Gustavo Guerrero), à la fois dans le flux érotique qui traverse le contenu de sa poésie et dans le jeu métamorphique continuel qui la fait danser. Dans ses recueils, se donne à lire un va-et-vient incessant entre flot torrentiel et parole resserrée, raréfiée, célébrant « l’amour, l’aimée et le langage ». L’expérience qui le marquera est la fréquentation du groupe de la revue surréaliste La Mandrágora, au Chili, où il se rendit en 1940. De là, il ira en Argentine et deviendra l’ami du poète Enrique Molina.

L’ignorance européenne à son sujet est paradoxale : il a passé une grande partie de sa vie loin de chez lui, à Bogotá et à New York, mais aussi à Madrid et à Paris dans les années cinquante. Cette édition bilingue, Filiation obscure (Filiación oscura) traduite par Jean-Yves Bériou et Martine Joulia, devrait contribuer à lui rendre justice.

Présenté comme celui qui libéra la poésie du Venezuela de la « vieillerie poétique », Juan Sánchez Peláez (1922-2003) est, en Amérique du Sud, considéré comme l’un des plus grands poètes du siècle passé.


Pierre Mainard éditeur... une aventure charpentée par l’urgent désir de faire émerger une littérature exigeante et en recherche !

Pierre Mainard éditeur

18, rue Émile Fréchou - 47600 Nérac

Tél. : 05 53 65 93 92 - mainardeditions@free.fr

www.pierre-mainard-editions.com / Facebook : pierre mainard éditeur

Commenter cet article