Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Potsdamer Platz, Pieke Biermann

Publié le par Jean-Yves

Klaus est au lit avec une femme, la quarantaine dynamique... L'appel téléphonique, qui les oblige à interrompre leurs ébats, est visiblement une urgence. L'énergique amante de rencontre est-elle médecin, comme tout le laisse penser ?




Erreur. Karin Lietze est commissaire de police, brigade criminelle. Et elle va rejoindre le lieu d'un décès suspect. On a en effet trouvé morte Béatrice Bitterlich, une médiocre journaliste de radio ironiquement surnommée Titty-les-larmes pour ses chroniques cinéma pleurnichardes.


L'intérêt de ce surprenant roman noir est dans l'absence de choix des goûts sexuels des personnages-clés.

- Lietze est déjà une femme peu conventionnelle et rompt avec l'éternelle figure du policier mâle, impassible et virilement insensible.

Mais le plus étonnant, ce sont les hommes qui sont sous ses ordres, qui sortent également de l'ordinaire.

- L'inspecteur Detlev Roboldt fréquente volontiers les boîtes gaies de Berlin pour y chercher l'aventure amoureuse. L'enquêteur se laisse, comme son chef-femme, volontiers troubler par les jeunes gens. Et sa préférence pour ceux de son sexe ne lui pose pas d'ailleurs le moindre problème personnel ou professionnel. Il n'oublie pas cependant que, si l'homosexualité n'est pas criminogène en soi, l'hostilité qui continue à l'entourer est en revanche susceptible de créer le trouble : selon lui, cela continuera tant que certaines personnes auront des relations sexuelles avec d'autres personnes que celles avec lesquelles ils devraient en avoir !

Quelle évidence peu répandue. Quelle sagesse qui incite à méditer sur l'importance d'admettre librement des policiers homos pour affiner les rouages délicats d'un métier difficile.



Le principal personnage de Potsdamer Platz, qui fait oublier une intrigue policière un peu faible, c'est Berlin-Ouest.


Avant la chute du Mur. Avec ses médias, ses groupes rock, ses féministes, ses alternatifs et ses flics, parfois surprenants.



Potsdamer Platz prouve que le polar est peut-être le lieu le plus vivant d'une réflexion sur notre société.





■ Editions Rivages/Noir, 1992, ISBN : 2869305575


Commenter cet article