Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'écharde, Edmund White et Adam Mars-Jones

Publié le par Jean-Yves

Le corps suspect.


Le sida, une écharde dans le quotidien.


Huit nouvelles sur une maladie qui n'est jamais explicitement nommée, mais rendue plus obsédante encore par ce refus de la signifier directement. Le sous-titre de ce recueil, "Chroniques d'un état de crise", en délimite l'ambition : décrire la maladie, le sida dans sa présence quotidienne, une description que l'on pourrait qualifier de clinique.


Les deux auteurs de ce recueil, Adam Mars-Jones et Edmund White, ne nous égarent pas ainsi dans des récits où le sida ne serait que le prétexte à une réflexion à vocation philosophique, ils ne s'emparent pas de ce thème pour en extraire l'aspect moralisateur mais plus simplement pour rendre compte du drame quotidien. Ici, aucune complaisance qui parlerait d'une rédemption par la souffrance, d'un rachat d'une homosexualité vécue jusqu'alors plus ou moins librement, par une acceptation héroïque de la maladie.


Si tous les personnages de ce recueil sont homosexuels, ils refusent tous une culpabilisation rétroactive. De même refusent-ils le confort fallacieux que leur apporterait dans cette épreuve un retour à la famille qui impliquerait également l'adoption d'un code autrefois rejeté, comme pour Luke, l'Américain de retour au pays de "En roue libre", d'Edmund White.


Seul refuge pour beaucoup : l'évocation sans amertume d'un passé révolu, nostalgie permettant d'oublier un temps l'incertitude de l'avenir proche. Pourtant la maladie est bien là, plantée comme une écharde inexpugnable au cœur de chaque existence.


La plupart des nouvelles, en axant leur propos sur les insensibles modifications qui surviennent au jour le jour dans les rapports qu'entretiennent les malades avec leur entourage proche, anciens amants ou bénévoles, en disent long sur le drame vécu sans pour autant invoquer la tragédie. Sans outrance, dans deux styles très différents, écriture réaliste pour Adam Mars-Jones, plus romanesque pour Edmund White, ce recueil, publié en 1988, s'est attaché à briser le silence fait autour du sida, œuvre nécessaire sur cette maladie dont on n'osait, à cette époque à peine prononcer le nom, hors de son aspect sensationnel.


■ Traduit de l'anglais par Marc Chodolenko et Frédéric El Guedj, Editions 10/18, 1988, ISBN : 226402237X



Du même auteur : La tendresse sur la peau - Un jeune Américain - Nocturnes pour le Roi de Naples - Oublier Eléna - Le héros effarouché


Commenter cet article