Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

20 centimètres, un film de Ramon Salazar (2005)

Publié le par Jean-Yves

Un Madrilène - joué par la jeune Monica Cervera - est doté d'un sexe de 20 cm. Problème, il veut devenir une femme... Pour certains hommes, longueur ne rime pas forcément avec bonheur. Entre rire et détresse


Alfredo a hérité de son paternel un appendice sexuel d'étalon. Mais voilà, ce qui ferait la fierté d'un Madrilène lambda lui est source de douleur. Il se travestit, se fait appeler Marieta et se rêve transsexuel. Pour comble de malheur, il s'éprend d'un livreur à l'allure tout ce qu'il y a de plus virile. Mais, problème encore, découvrant le potentiel d'Alfredo/Marieta, le beau fort des halles a vite fait de l'utiliser à son propre usage, destinant à l'infortuné, dans leurs relations, une part beaucoup plus active qu'il ne l'aurait souhaité.


"20 centimètres" est cru, enlevé, chatoyant. Il donne dans l'outrance pour mieux titiller les sentiments. Mais derrière la farce, le propos reste délicat. J'ai ri des aventures de Marieta mais pas d'elle, ou alors avec tendresse. Monica Cervera, l'actrice, s'est glissée dans la peau de Marieta avec beaucoup de talent.


Autour de Marieta gravite tout un petit monde. Un nain tout droit sorti d'une toile de Goya, avec lequel elle vit et qui se livre à de foireuses escroqueries ; une voleuse qui joue à cache-cache avec les huissiers, et dont elle garde souvent le rejeton; enfin ses copines de tapin.


Marieta a deux personnalités, elle a aussi deux vies. La narcolepsie dont elle souffre, cette affection qui la fait s'endormlr n'importe où et n'importe quand, lui ouvre la porte de ses fantasmes, que le cinéaste met en scène sur 1e mode des comédies musicales. Le résultat est kitsch à souhait. L'actrice interprète plusieurs chansons, danse. A un "Parole, parole" succède une "Tombola chantée" et chorégraphiée, où il est question du gros lot, l'amour, bien sûr. Le film prend, avec ce va-et-vient entre rêve et réalité, beaucoup de légèreté.


Commenter cet article