Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Encore un film que j'aimerais voir…

Publié le par Jean-Yves

Une chose très naturelle, un film de Christopher Larkin (1974)


[En 1974, le réalisateur américain essayait] de prouver que les homosexuels pratiquaient après tout Une chose très naturelle (A Very Natural Thing, Larkin). Il ne s'agissait pas d'un nouveau Corydon qui aurait cherché des justifications dans les mœurs des éléphants ou des paramécies, mais d'une sorte de Love Story homosexuelle. Malgré tous ses efforts pour faire place nette des clichés hétérosexuels qu'adoptent souvent les gays, [Christopher Larkin] n'évitait pas totalement l'écueil.


Le protagoniste, David (Robert Joel) en est un ancien séminariste qui vit, au début du film, une relation figée dans le moule hétérosexuel avec Mark (Curt Gareth). L'échec de ce couple amène David à vivre l'expérience des gays de New York, saunas, partouzes, bref la consommation du sexe prônée à cette époque. Il n'en résulte que de la solitude.


Le film se terminait sur sa rencontre avec Jason (Bo White), le jour de la Gay-Pride. Tous deux décident de tenter un autre mode de vie, qui excluerait le couple fermé du modèle hétérosexuel et la frénésie consumériste de la libération sexuelle.


Les pédés radicaux américains hurlèrent devant ce qu'ils considérèrent comme un ramassis de mièvreries. Et il est certain que le film manque de force et se permet des afféteries limitatives, ainsi l'image finale des deux amants courant au ralenti sur une plage au coucher de soleil. Il est vrai aussi qu'il éliminait le côté social pour revenir sur un terrain psychologique qui faisait un peu trop abstraction de la répression de l'homosexualité.


Mais, d'autre part, c'était un film nécessaire justement à cause de son point de vue finalement optimiste : son insuccès commercial le prouva, les hétérosexuels n'étaient pas encore prêts à aller voir une histoire d'amour entre pédés ; mais comme l'écrit Jean-Louis Bory, « découvrir sa vraie nature est une chose. L'accepter en est une autre. Repousser la honte et la peur, refuser la "faute" en est une autre ». En cela, Une chose très naturelle était aussi nécessaire que certains films politiques dénonçant la répression de l'homosexualité mais oubliant en route les phénomènes d'autorépression et de culpabilisation. (1)



(1) in L'homosexualité à l'écran, Bertrand Philbert, Editions Henri Veyrier, 1984, ISBN : 2851993364, pp.95-96


Commenter cet article