Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Colonel Redl, un film d'Istvan Szabo (1985)

Publié le par Jean-Yves

Dans les fastes d'un empire austro-hongrois décadent, Istvan Szabo nous conte l'ascension et la chute du Colonel Redl, qu'interprète Klaus-Maria Brandauer : l'univers militaire, l'homosexualité, les bals viennois et la trahison…

 

Le film s'inspire assez librement d'un fait divers qui avait secoué l'empire austro-hongrois un an avant la Première Guerre mondiale. Le 25 mai 1913, le colonel Alfred Redl, commandant du 8e corps d'armée à Prague et directeur du service de renseignements de l'armée impériale, se suicidait : la presse (déjà vigilante) soupçonna une affaire d'espionnage et de haute trahison, mais l'état-major demeura silencieux. Il fallut attendre une dizaine d'années pour qu'un journaliste tchèque fouille les dessous de cette histoire et en arrive à la conclusion que Redl avait fourni des renseignements à la Russie : selon ce journaliste, Redl aurait été victime d'un chantage de la part de l'attaché militaire russe à Vienne. Ce dernier aurait menacé Redl de révéler son homosexualité aux autorités impériales s'il ne lui livrait pas des informations secrètes. Pendant que Redl monnayait ces renseignements, son amour pour un jeune homme, qui lui faisait le chantage au mariage s'il ne payait pas, lui coûtait très cher… Redl fut pris en flagrant délit dans un bureau de poste viennois alors qu'il venait retirer une lettre contenant une grosse somme d'argent provenant d'une petite ville proche de la frontière russe.


Le film d'Istvan Szabo, semble moins catégorique sur la trahison de Redl. Ses penchants pour les garçons sont clairs, eux, depuis l'enfance, où le jeune Redl, fils d'un chef de gare pauvre de Galicie, est admis à l'école militaire de la monarchie austro-hongroise et se prend de passion pour Christophe Kubinyi, un jeune aristocrate. Cette amitié passionnée durera longtemps, mais ne résistera pas à la différence de classe sociale qui sépare les deux hommes.

 

C'est d'ailleurs sur ce problème d'intégration du roturier Redl à une classe qui n'est pas la sienne et regarde de haut ses modestes origines que Szabo a centré son film, laissant finalement planer quelques doutes de la réalité d'une trahison.

 

Redl est intelligent, brillant, ambitieux et dévoué à l'empereur. Il domine de sa compétence tous les aristocrates décadents et paresseux qui occupent leurs fonctions en vertu de la naissance et non de leurs réelles qualités. La position acquise par Redl, par son travail et par ses dons, grâce aussi à l'appui d'un vieil officier perspicace, ne peut provoquer que des jalousies, et bientôt des haines, surtout lorsque Redl, tel un Saint-Just au service de l'idéal impérial, décide de faire le ménage au sein même de l'aristocratie militaire débauchée.

 

Le film donne plutôt l'impression d'une conspiration contre Redl, dont la loyauté et la rigueur entraînent la réaction de l'archiduc François-Ferdinand, héritier du trône et soutenu par une partie de l'état-major hostile à l'empereur. L'archiduc confie à Redl une opération destinée à se retourner contre lui.

 

Par son thème, par son héros, par les fastes qu'il met en scène, "Colonel Redl" est une vaste fresque qui rappelle évidemment Visconti. On pourra taxer le film d'académisme. La structure du film, la façon dont Istvan Szabo brosse le portrait des personnages, progresse dans son intrigue, cerne la psychologie de Redl, tout cela est magistral.

 

De plus, le réalisateur hongrois a su évoquer l'homosexualité de Redl avec tact, intelligence et sensibilité, sans fausses pudeurs, ce qui est tout à son honneur.

 

Commenter cet article