Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon regard sur le « saint Sébastien » de José De Araujo

Publié le par Jean-Yves

Rares sont les représentations de ce saint en un plan si serré. Tête et torse suffisent, par leurs seules présences, à inoculer, en moi, un nouveau trouble.


Tête indistincte de l'androgyne posée sur un torse éminemment masculin. D'un, José De Araujo a fait deux, produisant une figure hiératique et, en même temps, un homme toujours debout, empli de tendresse qu'il accorde à ses frères, les hommes.


Sébastien ne se présente pas tel un Titan : le corps m'apparaît imperceptiblement vouté, les yeux détournés des miens, dans un mélange d'attention émue et de distance physique qui m'oblige à une attitude de miséricorde.


Le silence de cette scène – tout se passant entre lui et moi – est pur. Le cadrage du saint fait qu'il me plaît d'imaginer ses bras attachés à l'avant produisant une extrême soumission, sans possible esquive : ce qui m'invite à la plus sincère compassion.



José De Araujo – Saint Sébastien – 2007

dessin au crayon noir (colorisé numériquement par Franck Poncet), 24cm x 32cm, Kikojo


Le sourire de ce Sébastien ne serait-il qu'une éblouissante revanche à l'imperfection humaine ?


Commenter cet article