Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mœurs des Habitants de l'Amérique Septentrionale, 1780

Publié le par Jean-Yves

Dans les Pays qui tirent vers le Sud, ils ne gardent aucune mesure dans le commerce des femmes, qui sont aussi d'une lascivité sans bornes. De-là vient la corruption des mœurs, qui s'est répandue même parmi les Nations Septentrionales.




On sait par le témoignage des Missionnaires, que les Iroquois étaient assez chastes, avant qu'ils fussent en liaison avec les Illinois & d'autres Peuples voisins de la Louisiane ; mais, en les fréquentant, ils ont appris à les imiter.


La mollesse & la lubricité vont à l'excès dans ces cantons méridionaux. On y voit des hommes, qui ne rougissent point d'être habituellement vêtus en femmes, & de s'assujettir à toutes les occupations de ce sexe ; usage venu, dit-on d'un principe de Religion, mais qui a vraisemblablement sa naissance dans la dépravation du cœur.


Ces efféminés ne se marient point, & s'abandonnent aux plus infâmes passions. On ajoute néanmoins que, dans leurs Nations mêmes, ils sont souverainement méprisés.



D'un autre côté, les femmes ; quoique d'une complexion forte, sont peu fécondes. Outre plusieurs raisons, telles que l'usage de nourrir les enfants de leur lait jusqu'à l'âge de six ou sept ans, de ne point habiter avec leurs maris dans cet intervalle & de n'en être pas moins ardentes au travail, on attribue surtout leur stérilité à l'infâme coutume qui permet aux filles de se prostituer avant leur mariage.


in Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages par M. De La Harpe, [Livre IX – Caractère, Usages, Religion & Mœurs des Habitants de l'Amérique Septentrionale], 1780, édition avec approbation et privilège du Roi.


Lire aussi : Indiens Berdaches : les folles du Nouveau Monde



L'orthographe de cet extrait a été modernisée pour une lecture plus facile.


Commenter cet article