Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voyage au bout de l'enfer, un film de Michael Cimino (1978)

Publié le par Jean-Yves

Ils aimaient tous les deux chasser le chevreuil. Avec une bande de copains farfelus qui, eux aussi, bossaient dur dans les hauts fourneaux de cette petite ville américaine.


Avec eux, les mariages du coin c'était le pied, on finissait des fois à poil, ivre mort, à se faire des serments : « Jure moi que tu ne me laisseras pas au Vietnam. » Ils sont partis, là-bas, aider les gars, car il y avait comme un manque dans leur petite vie un peu alcoolisée. Quoi au juste ? Ils ne pourraient pas le dire.


Dans l'enfer de la jungle, les voilà torturés par le Vietcong.


Le film : une chaude ambiance, bon enfant pendant le mariage où la tendresse l'emporte sur les rites, elle plonge sans ménagement vers l'autre visage de l'Amérique, la guerre du Vietnam… minutes d'horreur où les copains sont face à face, obligés de jouer à la roulette russe pendant que leurs geôliers jouent du fric.



Retour de l'un dans la petite ville en fête pour « le héros du Vietnam ». Manque de l'autre, en dérive dans l'univers nocturne des bordels de Saigon.


C'est alors le brusque souvenir du serment. Et c'est reparti là-bas, dans la ville en proie à la débâcle des yankees. Un cri d'amour est alors hurlé dans ce cauchemar, après tant de bitures, de chasses au chevreuil, mais aussi tant de sang, toujours entre hommes qui se tapent sur le dos.


Destin scellé pourtant, couple infernal de l'amour et de la guerre, de la famille et de la patrie, du boulot et de l'alcool, du sexe et du colt.




L'homosexualité, toujours présente et jamais nommée, court comme un fil mauve dans les rapports entre les copains : mais le temps choisira plutôt la mort et le sang que l'aveu et la tendresse.


Commenter cet article