Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'escalier des heures glissantes, Eric Ollivier

Publié le par Jean-Yves

Un roman passionnant, intelligent, sensuel…

…un beau chant d'amour à la ville éternelle.


Ludovic, Duc de Tempête, est, à cinquante ans, voyageur aussi infatigable que millionnaire incessant. De passage quelques heures à Rome afin de régler promptement ses affaires avec le Saint-Siège, il se voit bloqué au pied du monumental escalier de la place d'Espagne par une panne de sa Rolls. Pendant que son chauffeur s'active afin de pouvoir repartir au plus vite, Ludovic va s'asseoir sur les marches brûlantes de soleil de l'escalier. A ce moment, sa vie réglée comme une planche à billets prend un tour inattendu.


Giancarlo, un jeune italien de vingt ans, s'assied à ses côtés et engage la conversation. Le visage du jeune homme, à moitié mangé par une tache de vin, est éclairé d'un magnifique sourire et respire la beauté. Ludovic tombe sous le charme, et Giancarlo croit que le Duc veut coucher avec lui. Mais cette tentation n'effleure pas le milliardaire qui décide pourtant de bouleverser son emploi du temps pour prendre quelques jours de vacances en compagnie de son nouvel ami.


Deux êtres qui n'étaient pas faits - apparemment - pour se rencontrer vont construire une relation privilégiée, le Duc découvrant les joies du naturel en même temps que Giancarlo l'initie à la géographie des plaisirs romains. Ludovic apprend ainsi qu'à Rome il existe une règle essentielle :

« ne jamais appeler les choses par leur nom, et on peut toutes les faire... Comme cela, les Romains concilient la bienséance bourgeoise et le dionysisme païen que personne ne peut expulser de leurs artères ».


Les thèmes traités avec une rare légèreté de trait par Eric Ollivier dans ce roman sont multiples : la sexualité sous toutes ses formes et avec tous ses codes, les masques de la virilité, les attraits de deux générations différentes, le rapport des classes que la sensualité est seule à pouvoir faire basculer, la morale, qui n'est pas la même chose que le moralisme…


L'Escalier des heures glissantes réussit la gageure d'être à la fois un superbe roman, un pamphlet clairvoyant et un guide de voyage incomparable. Après l'avoir lu, le lecteur ne peut que tomber amoureux de « la plus douce ville du monde » protégée « par d'invisibles parenthèses du tournis contemporain ».


■ Editions Gallimard, Collection Folio, 1993, ISBN : 2070387682


Commenter cet article