Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Stefan Zweig et Montaigne : Rester soi-même

Publié le par Jean-Yves Alt

« Rien n'est plus assuré sur terre : ce sentiment fondamental se reflétera inéluctablement dans l'intention spirituelle de Montaigne. Il faut chercher une autre certitude en dehors du monde, à l'écart de sa patrie, il faut refuser de plonger au milieu des possédés et créer sa propre patrie, son propre monde, au-delà du temps. »

Voilà ce qu'écrivait Stefan Zweig en d'autres temps de barbarie que ceux que Montaigne connut.

Voilà ce qu'il constatait alors qu'exilé par les nazis de son pays lui-même, parce que juif et mal installé au Brésil, il ne trouvait d'ultime consolation, avant que de choisir la mort volontaire et de s'en aller ainsi, déserté, que dans la lecture des Essais, que dans la rédaction d'une « biographie » si pertinemment introductive à ce que fut Montaigne.

Voilà aussi, et surtout, comment il battit à son tour sa coulpe, confessant que, dans l'engouement dont sa jeunesse fut l'objet, il avait cru Montaigne anachronique, et n'avait pas entendu son conseil de « ne pas sacrifier à l'ambition, de ne pas [se] commettre trop passionnément avec le monde extérieur ».

Voilà comment, enfin, il retrouva Montaigne, au bout de sa route, et son art de vivre qu'il résumait par ces mots : « Rester soi-même ».

■ Montaigne, de Stefan Zweig, Editions Presses Universitaires de France, Collection Quadrige Grands textes, 2004, ISBN : 213054858X

Commenter cet article