Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hymne aux murènes, Mireille Best

Publié le par Jean-Yves

Dans les eaux troublées d'un pensionnat de jeunes filles, la murène a trouvé son repaire. Lovée au fond de son trou, Mila, 17 ans, ferme les oreilles aux voix extérieures.



Souveraine de son monde du silence, elle observe le va-et-vient de ses condisciples. La directrice, Miss Avril, a réglé la fréquence immuable des déménagements. Environ une fois par mois, elle redistribue les filles dans les chambres « comme un jeu de cartes qu'on replie, qu'on bat, qu'on replie autrement ».

 

C'est pour les empêcher de prendre de mauvaises habitudes. Ces flux et reflux laissent la murène indifférente, délogée de son trou elle se recrée immédiatement un nouveau territoire. Nichée dans le pli de son traversin plié verticalement, elle espère secrètement voir surgir Paule la monitrice, la huppe noire en bataille. Mais Paule se révèle un être incertain, inconstant et léger, qu'elle prenne garde, il ne faut pas irriter la murène, sa riposte est instantanée et sa morsure cruelle et profonde.

 

Le très beau roman de Mireille Best reconstitue les étapes de la carte du Tendre qu'annoncent d'ironiques têtes de chapitre. L'itinéraire amoureux suivi par Mila est vieux comme le monde mais il est éternel.

Je te vois, je te suis, je t'aime et je te perds.

A dix-sept ans, la murène est déjà sans illusions, sa souffrance d'aujourd'hui en rappelle une autre plus ancienne, enfant Mila fermait déjà les oreilles aux plaintes maternelles et aux cris des « paters » qui se sont succédés lui laissant à chaque fois un demi-frère en souvenir.

L'alchimie du souvenir raccorde immédiatement le présent douloureux au passé misérable, l'oubli est dans la fuite et l'abandon du repaire, il faudra la laisser vivre au grand jour ou bien la tuer.

 

■ Editions Gallimard, 1986, ISBN : 2070705498

 


Du même auteur : Une extrême attention

Commenter cet article