Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’isolement dans le bouffon de Vélasquez

Publié le par Jean-Yves Alt

L'isolement du bouffon sur un fond neutre permet d'exalter les caractères de ce personnage hors du commun. Il n'y a pas même l'indication d'un mur par rapport au sol. Faire l'impasse sur cette partie du tableau a pour effet que toute mon attention se trouve alors concentrée sur ce bouffon en pleine représentation.

Pablo est vêtu de noir, il a drapé son manteau comme une toge, il déclame ou parodie une tragédie. Le fond est absolument neutre et indifférent.

Le volume du personnage ne s'en détache que mieux, vu excessivement de près, ce qui le distingue davantage de cette surface sans modelé. En se privant des ressources d'un fond qui participerait au sujet représenté, Vélasquez trouve une solution magistrale pour exalter l'emphase déclamatoire du bouffon.

Quel pourrait être ce fond ?

– le décor d'un salon du palais de l'Alcazar à Madrid

– une étoffe drapée, une console dorée sur laquelle seraient posés quelques livres

– un mur avec l'ombre portée du personnage d'un côté, et avec un espace clair de l'autre qui permettrait de détacher la silhouette expressive de l'acteur

– une couleur sombre qui envelopperait complètement le personnage, lequel émergerait de ce fond par des accents de lumière et de couleur

Diego Vélasquez – Le Bouffon Pablo de Valladolid – 1637

Huile sur toile, Musée du Prado, Madrid

Vélasquez peint comme si la perfection du monde était cachée dans la réalité la plus humble. A travers ce tableau, je devine que, pour lui, le seul fait d'exister est une valeur en soi.

Peut-être faut-il y lire aussi une première conscience de l'individualisation que l'art devrait refléter. Comme si la vérité se trouvait dans pareille représentation, et non dans les artifices de l'art.

Avec le bouffon Pablo, Vélasquez met, pour moi, en évidence un aspect de cette vérité ; il isole son personnage pour choisir ce qui est unique en lui et le montrer. Ainsi, le fond uni, ocre jaune, jouerait un rôle de repoussoir.

Avec ce tableau, je suis invité à questionner l'unique par rapport au multiple, la différence par rapport au banal, l'anormal par rapport à la norme. Je dois aussi envisager la relation entre les choses et les moyens d'établir les différenciations, les distinctions.


Lire aussi : Les Ménines de Vélasquez

Commenter cet article