Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Assemblage visionnaire chez Alfonso Ossorio

Publié le par Jean-Yves

L'accumulation de formes, de matériaux, de couleurs, de petits objets, pourrait décourager toute entreprise d'analyse de cette œuvre. L'énigme du titre ajoutant encore à la perplexité.


De ce conglomérat vivement coloré, émergent des yeux d'oiseaux qui, lorsqu'ils sont couplés deviennent un regard fixe. Je suis alors interpelé comme m'interpellent, par leur clinquant, les objets de luxe et de dévotion populaire.


Et pourtant cette œuvre sollicite mon attention. Avec la multiplicité des matériaux, j'ai l'impression, qu'Ossorio a pillé la boutique d'un taxidermiste ou d'un magasin de composants électroniques. Comme si l'artiste se comportait comme un assembleur qui conserverait d'abord ce qui pourrait lui servir « à tout hasard ». Ainsi, sa création dépend-elle des données sensibles fournies par les choses dont il dispose.




Alfonso Ossorio – Félix qui poduit – 1961

assemblage d'objets divers insérés dans une colle polyvinylique, support en bois


Tout le champ du support est couvert comme si Ossorio avait eu horreur du vide. Il y a quelque chose de viscéral dans cette accumulation.


Les objets sont enchâssés dans la pâte, comme le sont les métaux précieux polis et les pierres précieuses qui ornent, dans les églises, les devants d'autel. S'ajoutent à ces matériaux bruts l'éclat de la couleur (rouge de France, bleu outremer, bleu céruléen, jaune d'or, vert émeraude et noir) et la magie des formes. La multiplicité de ces appels visuels fascine mon regard.


C'est parce que les éléments assemblés sont petits et qu'aucun ne s'impose, qu'une matière naît : un magma coloré dans lequel chaque élément perd son identité.


Je repense au proverbe « Qui s'assemble se ressemble », parfaitement illustré dans cette œuvre où la juxtaposition d'objets les unit les uns aux autres.


Ce tableau m'évoque l'art religieux qui a aussi utilisé des matériaux de visionnaires. Le reliquaire d'or, le mobilier scintillant de l'autel, toutes les pièces d'orfèvrerie et de joaillerie se retrouvent aussi bien dans l'Europe contemporaine que dans l'ancienne Égypte, en Inde, en Chine, chez les Grecs, les Incas et les Aztèques…


Commenter cet article