Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tootsie, un film de Sydney Pollack (1983)

Publié le par Jean-Yves

Tootsie, incursion de Sydney Pollack dans la comédie, repose essentiellement sur l'immense talent de Dustin Hoffman, aussi à l'aise en femme qu en homme.



Un comédien considéré comme génial (Dustin Hoffman) est mis à l'index de la profession en raison de sa réputation d'empêcheur de tourner en rond, de son intransigeance et de son mauvais caractère ; il est condamné à ne plus pouvoir travailler ; il lui vient alors l'astuce de postuler, incognito et parfaitement travesti, un rôle féminin dans un feuilleton médical pour la télévision ; Michaël devient ainsi Dorothy.


Dustin Hoffman aux prises avec le dilemme de la femme, « séduire ou crever », domine la situation avec un aplomb stupéfiant : sa transformation est éclatante, de la pointe du soutien-gorge au vernis à ongles, beaucoup plus trouble que celui de Julie Andrews de Victoria en Victor.


Grâce à son jeu, de nombreuses scènes sont franchement drôles, notamment celles qui couvrent les inévitables mouvements d'ambiguïté provoqués par la métamorphose :


« Es-tu gay ? » lui demande-t-on.


« Dans quel sens ? » répond Dustin, qui doit affronter la double suspicion qui pèse sur lui.


Etre pris pour une lesbienne quand il est femme, voir son meilleur ami (le seul dans la confidence) se demander s'il n'est pas devenu pédé pour se complaire ainsi dans le travestissement : « Il y a une femme en moi, je la sens profondément. », ajoute Dustin pour aggraver son cas…


Le problème, dans ce genre de film reposant sur un prétexte plus ou moins crédible, source potentielle de gags, est de ne pas se perdre dans les innombrables possibilités ainsi offertes. Tootsie part un peu dans toutes les directions sans les exploiter vraiment et eût gagné à un peu plus de concision. La manière de "tuer" le personnage de Dorothy qui devient une charge insupportable pour son propre créateur est assez décevante. Tout va bien, tant que l'on en reste au prétexte c'est à dire tant que Michaël berne tout le monde sans en mesurer toutes les conséquences…


Commenter cet article