Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tous les hommes sont en puissance d'être des homosexuels

Publié le par Jean-Yves

Dans « La Vie matérielle », somme de réflexions, Marguerite Duras avance :


« Les hommes sont des homosexuels. Tous les hommes sont en puissance d'être des homosexuels. Il ne leur manque que de le savoir, de rencontrer l'incident ou l'évidence qui leur révélera. »


Cette conviction de Duras, pour apparaître judicieusement pesée, ne me laisse pas moins rêveur. Autant dire que l'auteur de «L'Amant» croit au Père Noël. Même si la tentation me prenait de décider qu'elle voit juste !


Est-il vrai que l'homme ait, naturellement, une part homosexuelle ? Sans doute. Freud, les «psys» et des tas d'observateurs des pulsions l'ont reconnu. Mais, et qui mieux que les hommes eux-mêmes le saurait ? Cette part homo, dans la majorité des cas, est infinitésimale. Elle est virtuelle, sous-jacente, enfouie, le plus souvent farouchement inécoutée par eux. Ce qui ne se manifeste pas existe-t-il ? Cette part est là, mais à la façon dont chacun de nous contient un faiseur de hold-up, d'aventurier, ou pis que cela. Ça reste du domaine du fantasme.


Ou alors, si Marguerite Duras a raison, les hommes sont des lâches. Ils continueraient de feindre de placer la femme au-dessus de tout, de vouloir en devenir le maître ou l'esclave, et son associé dans le plaisir hétérosexuel, uniquement pour céder à ce que l'on appelle la norme. Le monde serait plein de mâles sacrifiant leur véritable goût à la société abusive. S'il en était ainsi, cette question se poserait : Qu'est-ce qui a fait que l'homme, au cours des siècles. a répudié sa congénitale homosexualité – selon Duras – pour vivre en porte-à-faux des amours avec le sexe opposé ?


Toutes réflexions faites, je pense que ce que l'homosexuel souhaite n'est pas de voir tous les hommes se jeter les uns sur les autres. Il se réjouirait plus simplement que beaucoup de ceux qui ont une tendance uraniste refoulée, osent admettre : « J'en suis » et agissent en conséquence avec leurs homologues.


Commenter cet article