Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Opus Pistorum, Henry Miller

Publié le par Jean-Yves

1941. Sans le sou. Interdit aux USA. Miller accepte de raconter, pour un dollar la page, ses aventures érotiques parisiennes. Tapé en quatre exemplaires, l'Opus Pistorum («œuvre de Miller», le latin pistor, meunier, traduisant l'anglais Miller) circule sous le manteau à Hollywood.

 

Une odyssée érotique dans le plus pur style de Miller : avant tout, une interminable orgie hétérosexuelle dont Jean Jeudi est le héros le plus actif. Un héros épique digne des exploits de Roland :

 

« Je vais t'offrir une séance de cul trop vaste pour ton corps, une bite trop grosse pour ta vie et ton expérience. Elle va te pénétrer, te remplir et t'inonder, se répandre jusque dans tes enfants, et les arrière-petits-enfants de tes enfants. Dans dix générations, tes descendants s'éveilleront en sursaut de leur sommeil, la proie d'un rêve qui vivra éternellement dans les cellules et les fibres qui croissent sur le velours de tes reins. »

 

Dans ces longues parties de recto, on n'est que plus sensible à l'hommage que rend le narrateur au confrère du verso :

 

« Ce sacré truc remue. Il est vivant, il se contracte et paraît respirer. Croyez-moi, les trous du cul constituent un sujet absolument fascinant. Vous ne découvrirez peut-être pas le secret de l'univers par cette voie-là, mais c'est foutrement plus passionnant que l'observation de votre propre nombril. »

 

Comment rester de glace ? Certains héros de cet Opus Pistorum ne résisteront pas à l'attrait des fesses... de tout sexe.

 

Les aventures homosexuelles sont rares – trop rares surtout pour ne pas être significatives. Quelques lesbiennes, une messe noire où le chanoine à qui mieux-mieux encule ses enfants de chœur, un charmant éphèbe bisexuel.

 

Pourquoi le narrateur, qui pour une fois n'est pas Miller, mais Alf prend-il la peine de se faire sucer par Peter la veille de son départ pour Paris ? Pourquoi surtout l'Américain qui, pressé par la jolie Toots, préfère « enfiler sa queue dans le cul de l'éphèbe » s'appelle-t-il précisément Henry ?

 

Alors, Henry Miller, l'hypersexualisé, le tombeur de ces dames, que pense-t-il de l'homosexualité ? Réponse détournée :

 

« En homme pratique, Henry est arrivé à cette conclusion que la compagnie de Toots est une sorte d'assurance gratuite contre les désagréments que pourraient lui causer son attirance pour des gens comme Peter. »

 

Désagréments pour Henry... Et pour Miller ?

 

■ Editions La Musardine/Lectures Amoureuses, 1997, ISBN : 2842710088

 

Commenter cet article