Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a 20 ans, mourait Jean Genet

Publié le par Jean-Yves Alt

Jean Genet est mort voilà vingt ans. Un 15 avril 1986, au lendemain du décès de Simone de Beauvoir. Alors qu'une foule nombreuse assistait aux funérailles parisiennes de celle-ci, le corps de celui-là était enseveli presque furtivement ici même, à quelques mètres de la maison qu'il avait achetée pour Mohamed El Katrani, le dernier compagnon important de sa vie.

La tombe fait face à la mer, au calme, loin de l'agitation du monde. Elle est orientée vers La Mecque, puisque les fossoyeurs de la ville n'avaient jamais enterré un Occidental avant lui. Au loin, derrière les murs, on distingue nettement le mirador d'une vieille prison espagnole toujours en activité. Plus loin encore, au bout d'une rue d'où pointe une nouvelle mosquée toute bétonnée, un petit bordel a fermé ses portes depuis bien longtemps. Genet, dont la vie fut faite de vols, d'errance, de prostitution homosexuelle et d'enfermement avant qu'il n'écrive et ne publie, repose au cœur de son univers.

Genet est décédé dans un petit hôtel du 13e arrondissement de Paris, non loin d'une autre prison, celle de la Santé. Edmund White, auteur d'une biographie monumentale, rappelle que lorsque le cercueil, enveloppé dans un sac de jute, fut descendu de l'avion qui le transporta au Maroc, il était étiqueté «travailleur immigré». L'anecdote fait sourire Tahar Ben Jelloun qui conclut :

« L'image est juste. Genet est là avec ses frères, avec tous ces hommes victimes de l'injustice. »

Tous allongés là sur cette côte de l'Afrique, devant la mer et pour longtemps.

Tombe de Jean Genet à Larache (Maroc)

La plaque de marbre ciselée ne mentionne rien excepté son nom, sa naissance, le 19 décembre 1910, et un étonnant «13-14 avril 1986». Une erreur de date, un raccourci de vie indélicat dû à un chasseur de souvenir dérobant la toute première pancarte posée le jour de la mise en terre. La mémoire émue de ses proches a fait le reste.

Une exposition est consacrée à Jean Genet au Musée des beaux-arts de Tours jusqu'au 3 juillet (02-47-05-68-73)

Le texte de cet article est extrait d'un article du « MONDE 2 » du 15 avril 2006 : Jean Genet se fout de la mort !


De Jean Genet : Querelle de Brest - Elle

Commenter cet article