Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le diable ne fait pas crédit, Jean-Pierre Ferrière

Publié le par Jean-Yves

Mathieu a trente-cinq ans, il est beau, viril et il a toujours aimé les femmes. Il mène une vie paisible aux ambitions très limitées. Une petite maison, un modeste boulot, une femme parfaite, un enfant.

 

Soudain le monde se renverse : un étrange médecin lui apprend qu'il est atteint d'un cancer ; il va mourir.

 

Morale, codes et tabous s'effondrent. Jusqu'à la page 132.

 

Le polar – très bien ficelé – sacrifie aux habituels poncifs (la brave putain, la mondaine sans cœur et nymphomane...) et... le choc : Pascal ouvre sa fenêtre et de l'autre côté de la rue... un homme le regardait.

 

Et cet homme...

 

Je ne vous en dis pas plus, si ce n'est ce petit extrait ci-dessous. Il faut découvrir le dénouement. Un polar inhabituel.

 

« Il décida donc de ne plus bouger pendant un long moment, le temps de récupérer suffisamment pour repousser Mathieu mais il respirait difficilement, suffoqué par l'âcre odeur de transpiration qui émanait du corps de son adversaire. Brusquement, il se rendit compte que Mathieu était en érection. A la fois gêné et troublé, il se demanda si l'alcool, la fatigue ou la lutte étaient en cause cependant que, de lui-même, recherchant une position plus confortable, Mathieu à demi conscient se renversait sur le côté. Libéré mais ne songeant pas à s'écarter parce que prisonnier de ce qu'il venait de découvrir et qui éveillait en lui une résonance inattendue, Tristan laissait son imagination vagabonder sur des chemins qu'il s'était interdits. Mais l'excitation qu'il avait perçue chez Mathieu se transformait maintenant pour lui en obsession au point que, quelques minutes plus tard, haletant, Tristan ne put s'empêcher de vérifier du bout des doigts et fugitivement la réalité et la permanence du phénomène. Puis, sous l'effet d'une impulsion irrésistible, il perdit la tête et eut un geste fou : il fit descendre la fermeture à glissière du pantalon de Mathieu et plongea la main dans l'ouverture ainsi pratiquée. » (pages 161-162)

 

■ Éditions J'ai Lu, 1982, ISBN : 227721339X

 


Du même auteur : Le Trouble-crime

 

Commenter cet article