Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le cœur découvert, Michel Tremblay

Publié le par Jean-Yves Alt

Jean-Marc, 39 ans, et Mathieu, 24 ans, élèvent Sébastien, l'enfant de Mathieu. Dans son dernier roman, Michel Tremblay parle de l'enfant dans le couple gay.

Mathieu, jeune garçon de vingt-quatre ans, se retrouve confronté à sa paternité non seulement vis-à-vis de son fils, Sébastien, mais aussi vis-à-vis de son ami. Mathieu a déjà beaucoup vécu. Il s'est marié, a fait un enfant, a découvert son homosexualité, a divorcé. Il se sent une lourde responsabilité vis-à-vis de son fils, dont il se demande s'il doit ou non l'emmener dans son nouveau couple. Mais il a également une grande responsabilité vis-à-vis de cet adolescent attardé de trente-neuf ans qu'est Jean-Marc, qui lui, n'a presque rien vécu. Il a beaucoup baisé, ce qui n'est pas vivre.

L'enfant élevé par trois hommes et une femme trouve cette situation parfaite. Jusqu'à ce qu'un personnage extérieur au quatuor, qui représente en quelque sorte le spectre de l'ancienne société, vienne lui suggérer que ce n'est pas normal.

Quand ce roman est paru la première fois en 1986, cette situation était nouvelle : auparavant les homosexuels mariés ne divorçaient pas. Leurs enfants ne savaient pas qu'ils étaient des enfants d'homosexuels.

Michel Tremblay n'a pas cherché à faire une apologie du bonheur dans ce roman. Ce n'est pas un livre idyllique parce que les problèmes ne sont pas résolus à la fin.

La présence de l'enfant permet de prendre conscience que certains homosexuels s'ennuient de la clandestinité ou du côté élu et marginal. Elle pose aussi la question de l'acceptation : pour être admis, faut-il aussi consentir à devenir un peu plus comme tout le monde ?

Ce que j'ai apprécié dans cette histoire, c'est que tout le monde est de bonne foi et cherche à travailler au bonheur de l'enfant. Même si les problèmes restent en suspens. Ce qui donne une impression de bonheur dans le dernier chapitre – consacré à l'enfant – c'est que ces difficultés n'ont aucune importance.

Le titre « Le cœur découvert » m'a séduit : car la découverte est à prendre dans deux sens. Jean-Marc se découvre un cœur qu'il n'avait pas. Il le découvre ensuite aux autres.

Un roman qui montre que les homosexuels ont un cœur et qu'ils peuvent en avoir un (et le montrer). Comme tout le monde. Ce qui ne veut pas dire que tout le monde devrait vivre en couple. Mais savoir que c'est possible, autant que tout le reste, était pour moi nécessaire à lire dans le milieu des années 80.

■ Le cœur découvert, Michel Tremblay, Éditions Grasset, 1986, ISBN : 2246389917


Du même auteur : Les anciennes odeurs [Théâtre]

Commenter cet article