Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Virtuosité avec Giovanni Martinelli

Publié le par Jean-Yves

Giovanni Martinelli présente ici une scène d'intérieur où deux femmes sont réunies autour d'une épinette (1). Ce petit instrument de musique connaît une grande faveur au XVIIème siècle.


Moins coûteuse que le clavecin, plus légère, plus facile à transporter, l'épinette est considérée comme l'instrument féminin par excellence, appréciée dans les familles bourgeoises.


Ici, la joueuse d'épinette accompagne une chanteuse tenant dans sa main une partition mélodique. Leurs deux visages se côtoient. Pourtant, chacune tourne son visage du côté opposé comme distraite par quelqu'un d'autre. Ont-elles du mal à s'accorder sur le morceau qu'elles jouent, perdues qu'elles sont dans leurs préoccupations personnelles, ou bien cherchent-elles une harmonie commune ?




La joueuse d'épinette – Giovanni Martinelli – vers 1633

Huile sur toile, 64cm x 51cm, Musée des Beaux-Arts, Clermont-Ferrand


Martinelli a su faire passer dans la joueuse d'épinette tous les charmes de la jeunesse. Ses cheveux négligemment relevés qui portent une rose évoquent l'insouciance. La rondeur des joues, des épaules révèlent une sensualité, accentuée par le clair obscur.


Un rayon de lumière vient délicatement caresser la nuque de la jeune chanteuse, alors que son visage reste plongé dans la pénombre.


Le peintre a-t-il voulu mettre en avant la virtuosité de la joueuse d'épinette ? Ou celle de sa jeunesse ? Peut-être. Il a réussi à démontrer, là est une certitude, celle de son pinceau.



(1) L'épinette, avec une étendue et une intensité faibles, est considérée à l'époque comme un instrument de musique intimiste.


Commenter cet article