Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Homosexuel, une chanson de François Hadji-Lazaro (1987)

Publié le par Jean-Yves

Pour moi, le plus beau texte, le plus simple et le plus clair. François Hadji Lazaro y parle de « l'internat aux troubles obscurs / Sous les draps le membre dur », des « amours de femme que l'on s'invente », des « souvenirs au goût masculin », de la honte puis de la certitude, l'affirmation, la sérénité dans un amour homosexuel qui s'assume.

 

Un très bel encouragement à « passer le pont », à faire son coming-out.



Tu sens douce sa joue mal rasée

Ta main sur sa poitrine plate et dure

Ce fut si long, si long

Depuis l'internat aux troubles obscurs

Sous les draps le membre dur

Et puis la honte quand on comprend

Et les doutes toujours qui restaient

Le sourire d'une fille ton émoi

Ce fut si long, si long

Passe le pont

Passe le pont

Relève la tête, aime-toi, aime-le

 

Les amours de femme que l'on s'invente

Mais les souvenirs au goût masculin

Ce fut si long, si long

Caresser les filles sans les désirer

Tenter de jouir pour se persuader

Et la honte quand on comprend

L'homme rangé à qui l'on confie

Un jour ses troubles, ses questions, sa peur

Ce fut si long, si long

 

Passe le pont

Passe le pont

Relève la tête, aime-toi, aime-le

 

Tu balances tout, tu te déguises

Tu voudrais faire peur à tout l'monde

Mais ça reste si long, si long

Provoquer, pour se défendre

S'exhiber, lassé d'attendre

Nier la honte quand on comprend

Tu n'aimes pas ton cœur, ni ton corps

Ton délire ne t'a même pas aidé

Ça reste si long, si long

 

Il t'a fallu longtemps encore

Avant de devenir serein

Ç'a été si long, si long

L'affirmation, la certitude

Il t'aime, tu l'aimes, plus de solitude

Plus de honte quand on comprend

Tu sens douce sa joue mal rasée

Ta main sur sa poitrine plate et dure

C'était si long, si long

 

Passe le pont

Passe le pont

Relève la tête, aime-toi, aime-le.

 

Commenter cet article