Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le calicot, Nicole Adrienne

Publié le par Jean-Yves

Deux hommes vivent un grand amour depuis de longues années. Jérôme, notaire célibataire dans une petite ville du midi s'est attaché Patrice alors qu'il n'était qu'un tout jeune adolescent. L'histoire commence au moment où pénètre dans leur vie André, jeune loup désinvolte et « trop » séduisant.

 

Ce qui pourrait être banal s'enfonce dans la tragédie. Une double mort est la retombée de cette irréversible trajectoire.

 

Ce roman analyse conventionnellement les sentiments. D'où vient alors ce charme qui se dégage à sa lecture ? Du double contraste qui donne sa force au roman :

 

▪ contraste entre la quiétude de cette ville ensoleillée et la violente passion de ces deux hommes qui vivent dans le secret des nuits un amour clandestin : les plus belles pages sont celles où se rencontrent Jérôme et Patrice alors que la bourgade s'assoupit dans sa torpeur.

▪ contraste aussi entre la tragédie (les tabous pèsent de tout leur poids) et le style qui l'exprime avec une écriture pudique.

 

Quelle a été la place de l'auteure dans cette histoire qui sonne si juste pour n'être pas née du vécu ? Elle restitue des personnages authentiques qui permettent de saisir cette tentative d'amour impossible.

 

L'intensité de cet amour est d'autant plus forte que cette histoire semble échapper au temps, dans un univers rétréci de vieilles maisons, de meubles cirés et de vie ralentie.

 

Une chronique des amours de garçons en Province, comme elle en a sans doute caché, il n'y a pas si longtemps.

 

À lire pour le document honnête et attentif d'un « monde » mal connu. À savourer pour son étrange musique.

 

 

■ Éditions J.- M. Laffont, 1980

 


Du même auteur : Le prisonnier du temps qui passe

 

Commenter cet article