Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Beefcake, un film de Thom Fitzgerald (1999)

Publié le par Jean-Yves

Ce film fait le portrait du fondateur de l'Athletic Model Guild, et amateur de beaux garçons vigoureux, Bob Mizer. Au travers d’un film hybride, entre fiction et documentaire (en utilisant des images d’archives), Thom Fitzgerald rend un hommage sulfureux aux «magazines de muscles» des années 40/50. Il réussit un collage sexy, drôle et d'un autre temps, acclamé aux Festivals Gays et Lesbiens de Londres et de San Francisco.


Beefcake replace Bob Mizer dans le contexte des années 40/50. On plonge au cœur de la vie du photographe à travers le récit (fictif) d'un beau jeune homme qui quitte sa Nouvelle-Écosse natale pour devenir modèle de Mizer à Los Angeles. Le garçon raconte l'ascension puis la déchéance du maître, accusé d'entretenir un réseau de prostitution et traîné devant des tribunaux de moins en moins complaisants.


MON COMMENTAIRE : À cette époque, les photographes pouvaient photographier en toute impunité des corps d'hommes beaux et musclés, images et expression abstraite de la beauté masculine. Mais, de leur côté, les éditeurs des magazines de culture physique pouvaient être poursuivis et arrêtés pour pornographie. Vingt ans avant le procès de Larry Flint, tout était question de dosage dans cette « nebulous interpretation of art ». Le film commence par des entretiens avec d'anciens modèles. L'un d'eux explique que la plupart des modèles ne soupçonnèrent jamais qu'il pût y avoir la moindre note d'érotisme gay dans leurs séances de pose. Ils pensaient donner à la jeunesse un modèle de santé et de force physique.


Le film mêle un noir et blanc très théâtral et des images acidulées dans le style du magazine « The athletic model guild ». Le passé est évoqué sur un mode hallucinatoire, à tel point qu'on ne sait plus très bien où se situe la limite entre l'érotisme et les fantasmes du jeune homme. Pour Thom Fitzgerald, cette absence de frontière est au cœur même du personnage de Mizer. Pas plus homosexuel qu'amateur de beauté masculine, Mizer devient la métaphore d'une culture qui s'éveille à sa sexualité sans vraiment savoir qu'en faire.


Quel jugement porter sur Bob Mizer ? Photographe de génie pour les uns, pape de la pornographie pour les autres, le personnage ne laisse pas indifférent.



Bibliographie : Beefcake, (ouvrage en anglais, en français, en allemand), de F. Valentine Hooven, Éditeur : Taschen, 2002, Collection : HORS COLLECTION, ISBN : 3822819808


Commenter cet article