Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Les sept piliers de la sagesse » dédié au jeune arabe Salim Ahmed

Publié le par Jean-Yves Alt

En 1927, Thomas Edward Lawrence plus connu sous le nom de Lawrence d'Arabie publie « Les sept piliers de la sagesse » qui connaît un extraordinaire succès. Mais ce n'est qu'en 1970 que Philip Knightley et Colin Simpson [1] démontrent, irréfutablement, que les initiales S.A. en tête du poème dédicatoire du livre sont celles d'un jeune ânier surnommé Dahoum.

De son vrai nom Salim Ahmed. Le jeune Arabe est âgé de quatorze ans quand Lawrence le rencontre lors de fouilles archéologiques. En 1913 il lui fait visiter Londres. Mais en 1918. Dahoum meurt de la fièvre typhoïde au grand désespoir de Lawrence qui ne se remettra jamais de la perte de son jeune ami...

« Je t'aimais, aussi j'attirais ces marées d'hommes entre mes mains

Et j'écrivais ma volonté à travers ciel, dans les étoiles

Pour conquérir ta Liberté, la digne maison aux sept piliers

Afin que tes yeux brillent pour moi

Lors de mon arrivée

La mort était ma servante sur la route jusqu'à ce que nous soyons proches

Et que je te voie, attendant

Lors, tu souris et dans sa jalousie, elle me devança

Et t'emporta.

Dans sa quiétude.

Ainsi le salaire de notre amour fut ton corps détendu

Tenu un instant

Avant que les douces mains de la terre n'explorent ton visage

Et les vers aveugles ne transmutent

Ta substance défaillante

Les hommes m'ont prié d'ériger mon œuvre, la maison inviolée

En mémoire de toi

Mais pour avoir un monument digne de toi, je l'ai fracassé, inachevé ; et maintenant

Les petits êtres rampent pour se rafistoler leurs masures

Dans l'ombre ruinée

Du don que je te destinais. »


[1] La vie secrète de Lawrence d'Arabie, Philip Knightley et Colin Simpson, éditions Robert Laffont, 1970


Lire aussi : Lawrence et les Arabes de Robert Graves - Thomas-Edward Lawrence, masochiste ?

Commenter cet article