Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Face à face avec un tableau de Pierre Soulages

Publié le par Jean-Yves



«Quelle vanité que la peinture qui attire l'admiration par la ressemblance de choses dont on n'admire point les originaux ?»,

s'étonnait Pascal au XVIIe siècle.


L'époque contemporaine paraît avoir intériorisé cette critique et, de fait, les grandes compositions abstraites du XXe siècle ne renvoient à aucun original.

Qu’est-ce que je regarde au juste quand je me place face à un tableau de Pierre Soulages, celui-ci en particulier ?






[Sans titre, Pierre Soulages, Huile sur toile, 1978, FRAC Auvergne]

Cliquer sur le tableau pour rejoindre le site de Pierre Soulages


La rencontre est difficile. Elle passe par un dépouillement radical. Pour arriver à la voir, il faut m’arracher au tohu-bohu des images qui tournent autour de moi. Me concentrer sur cette surface simple, avec des bandes géométriques qui semblent s’imbriquer et des plans de couleurs quasi-monochromes [Pierre Soulages utilise presque toujours exclusivement le noir qu'il appelle lui-même outrenoir.] Et là, dans ce désert apparent de formes, je commence par rencontrer le vide, l'absence, sans rien pouvoir discerner. C'est là, justement, qu'il me faut tenir bon, demeurer, attendre de voir les formes tout à coup s'orchestrer à leur juste place.


Cette peinture, je l'aime particulièrement, car elle m’offre justement ce qu'elle semble au départ me refuser : un véritable lieu où je puis m’arrêter, me retrouver, demeurer. Ce jeu de lignes noires accentuées par l'empreinte de la brosse animant la surface et ce plan gris-noir créent un mouvement rythmé de couleurs et de matière qui se suffit à lui-même et m’ouvre aussi vers un espace infini : en effet selon ma position par rapport au tableau, celui-ci est recréé et se recompose différemment en fonction de la façon dont la surface reflète la lumière.


Face à l'aridité apparente de cette œuvre, je me trouve finalement renvoyé à moi-même. Dans le dépouillement de cette peinture s'allient poésie et rigueur, concentration sur le grain de la matière et ouverture au rythme du cosmos. Une rencontre quasi spirituelle.


Commenter cet article