Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La vie de Benvenuto Cellini écrite par lui-même (1500-1571)

Publié le par Jean-Yves

Né en 1500, Benvenuto Cellini, orfèvre de génie, devint grâce à François Ier, un des plus importants sculpteurs de la Renaissance. On se souvient de la Nymphe de Fontainebleau qu'il fit pour ce grand monarque, mécène généreux et de goût, et l'on admire sans détours, à Florence, le superbe Persée tenant la tête de la Méduse, glorieux hommage à la beauté du corps masculin. Mais aux siècles précédents, la célébrité du sculpteur tint surtout au récit de sa vie, qu'il dicta scrupuleusement à son secrétaire.

 

Cette « vita » pas comme les autres, publiée en 1728 seulement, enchanta Goethe, qui la traduisit, puis Berlioz, Lamartine et bien d'autres. La liberté de ton, la crudité du langage firent les délices de nombreux lecteurs. C'est le récit d'une vie, de la petite enfance à la maturité, d'un homme né avec le siècle. Récit d'aventures avant tout, car l'homme, doué, est aussi pétri de défauts : noceur, isolent, jouisseur et mauvaise langue, vantard et exigeant – l'épée ou la dague faciles à s'émouvoir, la chair aussi... Épris de beauté, qu'elle pare un corps de jeune fille ou un corps de jeune homme. Épris de justice aussi.

 

Un tel tempérament ne devait pas impunément couler de calmes journées. Poursuivi pour assassinat, emprisonné par le pape au château Saint-Ange, d'où il s'échappe de façon rocambolesque, accusé de vol puis de sodomie, la vie de Benvenuto Cellini, héros de cape et d'épée, n'est que rixes, règlements de compte et fuites à cheval la nuit tombée.

 

C'est avec forfanterie qu'il raconte ces nombreux épisodes, mais s'il aime à se décrire sans peur et sans reproches, il reste muet sur l'accusation de sodomie qui lui valut de confesser par écrit pour la justice ses relations avec un certain Fernando. Il composa pourtant un sonnet où il évoque le jeune homme :

 

« Ce beau visage a été pour moi le modèle d'Apollon et Hyacinthe, du beau Narcisse et aussi de Persée. »

 

Enfin, parmi ces rebondissements pittoresques, c'est un artiste qui parle, de son art, des difficultés presque insurmontables à atteindre l'harmonie rêvée, et des jouissances supérieures que le sentiment d'avoir réussi provoque.

 

■ Éditions Mercure de France/Le Temps retrouvé, 2009, ISBN : 978-2715228948

 

Commenter cet article