Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je suis pas un camion, Annie Saumont (Nouvelles)

Publié le par Jean-Yves Alt

Annie Saumont possède ce don exceptionnel de l'écrivain de pouvoir se mettre totalement à la place de l'autre, aussi éloigné soit-il de sa propre expérience.

C'est particulièrement vrai dans la nouvelle « Cherche Bomec », une nouvelle sur les fantasmes homosexuels, l'histoire d'un homme qui rêve à partir de petites annonces. Cette nouvelle où l'auteur prend corps et langage d'un gay coincé – envahi par l'amour de sa mère – n'est pas la seule qui aborde une thématique homosexuelle.

Cherche Bomec pour parties hard Tu étais dans l'avion Bordeaux-Paris le ___ Moi je suis triste et solitaire Bon baiseur pourtant, bien looké.

« Voyons maman tu le sais.

— Alors pourquoi parler de me quitter, mon ange ? Vendons la maison, achetons un appartement. Près de ton travail, si tu y tiens. Quelque chose de suffisamment grand pour que je ne te gêne pas. Je me chargerai de la cuisine. Au moins tu seras nourri sainement. Et je continuerai à m'occuper de ton linge. » (p. 130)

« Pahlay voo fronsay ? » (Parlez-vous français ?) est aussi une magnifique histoire d'incompréhension amoureuse entre deux hommes qui se plaisent mais ne partagent pas le désir.

Annie Saumont sait décrypter tous les langages. Son expérience de traductrice a développé sa faculté de se glisser dans la souffrance et d'en dire la singularité par le truchement d'une écriture minutieusement mise au point jusqu'à faire croire qu'elle est la copie fidèle d'un parler individuel et unique.

La vie est banale, la vie est sublime, la vie tourne les pages d'un livre qu'on croit connaître par corps et par cœur. Mais la vie ouvre des brèches, rapides, fugaces, jamais comblées, des moments particuliers qui restent béants dans la mémoire. C'est cette vie qu'Annie Saumont aborde : enfants qui se posent des questions, des femmes qui jettent leur tablier de cuisine pour s'ouvrir à l'homme de passage, un garçon qui n'est pas un camion, mais quand son « levier des vitesses se dress[e] entre [ses] cuisses » (p. 71), il le sait quand même qu'il jouit comme un camion.

Il faut un exceptionnel talent et un art consommé des mots pour offrir un texte drôle, sensible qui laisse, à ce point, abasourdi de plaisir.

■ Je suis pas un camion, Annie Saumont, Éditions Pocket, Pocket, 2000, ISBN : 2266101595


Lire la nouvelle : « Pahlay voo fronsay ? »


Du même auteur : La terre est à nous - Quelque chose de la vie

Commenter cet article