Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Yasmina... et autres nouvelles algériennes, Isabelle Eberhardt

Publié le par Jean-Yves Alt

La consonance germanique du nom de l'illustre journaliste et nouvelliste, en réalité d'origine russe par ses deux parents, forme un singulier contraste avec le titre du livre : Yasmina, car c'est au Maghreb que la jeune aventurière Isabelle Eberhardt vécut les années les plus palpitantes de sa brève existence.

Trente ans avant que Chanel ne libère la femme européenne de l'entrave du corset, elle chevauche à travers le désert, se vêt du costume arabe, se fond dans la société musulmane jusqu'à épouser un maréchal des spahis...

Une photographie la montre coiffée d'un burnous qui auréole son visage, « aux longs yeux d'ombre et de langueur » pareils à ceux du major qu'elle campe dans une de ses nouvelles.

Certes l'inspiration de ces brefs récits est parfois un peu sentimentale. L'auteur fait appel aux ressorts du mélodrame : ici, le roumi infidèle abandonne la pauvre indigène, après l'avoir séduite, puis la retrouve dans un bouge, dévorée par le chagrin et la phtisie galopante ; là, une passion torride unit un Arabe de sang et une prostituée obscure.

L'intérêt n'est pas là. Ce qui compte, c'est que cette transfuge de la société européenne ait réussi à comprendre la civilisation du Maghreb lorsque tant d'écrivains, sensibles au goût et à la tradition orientaux, n'en offrent qu'une image conventionnelle et artificielle. Du labyrinthe de la casbah à Alger, au « moutonnement infini » du désert, les images les plus belles et les plus justes jaillissent sous la plume de l'écrivain-amazone comme les pierres sous le sabot de son cheval.

Toutefois, lorsqu'elle évoquait le danger des « oueds boueux qui roulent des arbres déracinés et des rochers arrachés au flanc des hautes collines rouges », savait-elle qu'elle préfigurait son propre destin ?

■ Yasmina... et autres nouvelles algériennes, Isabelle Eberhardt, Éditions Liana Lévi, 1999, ISBN : 2867461995


Isabelle Eberhardt (1877-1904), née sur la rive suisse du lac Léman, part à vingt ans à la découverte du Maghreb. Habillée en cavalier arabe et sous le nom de Mahmoud Saadi, elle adopte la religion musulmane et voyage dans le Sud algérien où elle rencontre Lyautey. Elle meurt à vingt-sept ans, emportée par la crue d'un oued.

Commenter cet article