Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les enfans de Sodome à l’Assemblée Nationale (extrait)

Publié le par Jean-Yves

Sans les pamphlets, on aurait pu croire que les sodomites avaient été absents du débat révolutionnaire, continuant à draguer aux Tuileries pendant que la foule s'agitait.

 

Voici un extrait de l'un d'eux :



« A l'exemple des Grecs et des Romains, chez lesquels tout le monde se ralliait aux seuls noms de Patrie et de liberté ; à peine eut-il été question, pour la première fois depuis deux siècles, d'assembler les Etats-Généraux, que ce fut le signal d'une réunion presque générale dans toute l'étendue de l'Empire français. Dès lors la Noblesse, le Clergé et les Communes s'assemblèrent pour élire leurs représentants à ces mêmes Etats-Généraux ; dès lors on ne parla plus que d'Electeurs et d'Elus ; et de même que le singe imite volontiers toutes les actions de l'homme, aux carrefours, sur les quais ; en un mot, partout, on ne vit plus qu'Assemblées, et on n'entendit plus que des motions. Les garçons Tailleurs s'emparèrent des gazons du Louvre, les domestiques désertèrent les guinguettes et les antichambres, pour y pérorer à leur tour.

 

Les cocus de la Capitale, vu leur grand nombre, choisirent la plaine des Sablons, et leurs cahiers, rendus publics, ont été les objets de l'admiration générale.

 

Les prostituées se divisèrent par pelotons : celles du Palais-Royal, jalouses de la protection du Prince leur propriétaire, n'en désemparèrent pas, et communiquèrent avec les citoyens ; celles des autres quartiers tinrent leurs assises aux Porcherons et à la Nouvelle-France, et les non domiciliées et exploitant en pleine rue sur la brune, se rallièrent à la Place Louis XV, parmi les pierres destinées à la construction du pont de Louis XVI, son petit-fils ; et cette dernière classe ne fut point la moins nombreuse.

 

Au milieu de ce conflit d'Assemblée, l'Ordre fameux de la Manchette était resté jusqu'à ce jour seul dans l'inaction, et cependant s'assemblait, de temps à autres, aux Tuileries, dans l'allée des Soupirs, dans le cloître des Chartreux, et chez l'Abbé Vïennet, le plus zélé partisan de la bougrerie, non pour y faire des motions relatives aux affaires du temps, mais pour y travailler conjointement à opérer à grands coups de culs, la brûlure parisienne, comme les Sodomites avaient autrefois fait brûler leur Ville, par la même manœuvre.

 

Mais l'Être suprême, devenu moins rigide sur des bagatelles semblables, et qui ne s'amuse plus, pour des vétilles, à incendier des Villes, envoya sur terre la saine philosophie, qui donna sur les oreilles du préjugé, et les bougres prirent pour leur devise celle du Chevalier Florian, et dirent :

 

Les goûts sont dans la nature

 

Le meilleur est celui qu'on a.

 

Depuis, on vit Monvel prendre en traître, dans les Champs-Elysées, le pucelage de quelques écoliers ; et, forcé par la circonstance, aller en Bavière, donner des leçons publiques d'antiphysique.

 

On vit le Marquis de Villette faire de la parente de Voltaire, de cette moderne Vénus, un jeune et joli Ganimède ; méthode qu'il avait étudiée par goût, sous le Chantre immortel de la Henriade, qui, dans sa jeunesse, au poil comme à la plume, s'amusait à ces jeux innocents, et fonda à Ferney une nouvelle Gommorhe.

 

On vit Marcantin le Notaire, ce roué du beau monde, envoyer la poupée de Maradan à la découverte des Bardaches et Bardachins, et faire, sur le quai des Augustins, la recrue des libraires de sa société, au nombre desquelles on reconnaissait Letellier, Volland, etc. etc. On pourrait dire de ce petit Adonis, ce que les Romains disaient de César «Il est le mari de toutes les femmes, et la femme de tous les maris».

 

On vit le célèbre Perducas, Procureur au Châtelet de Paris, qui, parlant par révérence, est un des plus fermes appuis de cet Ordre, tenir chez lui un bureau d'adresses, et indiquer aux jeunes novices initiés dans les mystères de l'anus, moyennant quelques légères faveurs, la demeure des Commandeurs de l'Ordre qui pouvaient assimiler le plaisir au profit.

 

Or, dans ces Assemblées, le moment chéri, le quart d'heure de l'intromission expiré, on ne pouvait guère s'empêcher de parler politique ; et l'ordre de la Manchette, au rang duquel il ne faut pas confondre celui de la Manche du Roi, si distingué dans le recueil des pensions, agita, que puisque quantité de leurs Novices, et de leurs Récipiendaires, tenaient rang à l'Assemblée Nationale, il fallait bien que la Sodomie ou la Bougrerie eût repris une nouvelle force, une consistance majeure, et que la liberté de son exercice devait absolument être un des articles constitutionnels de l'État.

 

A ces causes, ayant convoqué une Assemblée générale de l'Ordre, sous les Marronniers des Tuileries, il fut d'abord déclaré, qu'il ne se ferait aucune proposition, aucune découverte de postérieurs, qu'on n'ait préalablement réglé la députation qui devait, à l'Assemblée Nationale, demander la parole, et faire passer dans la constitution, les statuts de l'Ordre.

 

Cette Assemblée générale procura le plus beau coup d'œil ; ce fut réellement là, que, bien plus qu'à l'Assemblée du Manège, tous les états furent confondus, et que, malgré la défense faite de chercher à pénétrer l'un dans l'autre,

 

Les coquins s'y prirent tous

 

Sans-devant-derrière, et sans-dessus-dessous.

 



Le moment passé de cette jouissance masculine, Godefroy, le Notaire, qui avait emprunté la sonnette des faiseurs de parades des Champs Elysées, se ressouvint de l'us et coutume de l'Assemblée des Tuileries, et le mettant en usage, il tinta sa clochette, et rappela à l'ordre tous les Frères, qui, rajustant brayettes et pont-levis, passèrent à la plus importante des discussions, tout aussi facilement que le Vicomte de Mirabeau, quand fortement abreuvé d'un nectar aristocratique, il se trouve obligé, par le son du rappel de l'Assemblée Nationale, à recouvrir ses parties génitales, que, par suite d'ivresse, il laisse en exhibition.




Plusieurs motions furent faites, il ne s'agissait plus que d'y donner de la consistance, en établissant une espèce d'ordre ; les avis se partageaient suivant l'usage : on voulait établir une nouvelle manière d'opiner, quand Tabouret, la fameuse Tabouret, cette illustre prétendante à tous les honneurs de la Sodomie, instruite de cette assemblée, y pénétra, suivie d'une quantité de prosélytes femelles de la Manchette, et d'un nombre infini de Tribales de toutes les classes, de tous les états, et força l'Assemblée des Boug... à l'entendre.

 

Eh quoi ! dit-elle aux Chevaliers Commandeurs, vous osez vous assembler, vous osez agiter des questions utiles à la propagation, à la maintenue de l'ordre, sans m'y appeler, sans me consulter ! Ne serais-je donc plus rien parmi vous ? Est-il nécessaire que je vous rappelle ici mes exploits, mes travaux, mes fatigues ; en un mot, tout ce que j'ai fait pour ce même Ordre ? Voyez les rides que j'ai sur le front ; elles annoncent mes prouesses. Ah ! que serait-ce donc, si je vous découvrais autre chose ! Mais vous paraissez inébranlables ; il faut donc vous convaincre ? Eh bien, continua-t-elle, en découvrant un fessier devant lequel aurait rougi celui de tous les Boug... mitrés et crossés, même celui de Chastenet de Puy-Ségur, Évêque de Carcassonne ; celui de Beaupoil de Saint-Aulaire, Evêque de Poitiers, et celui de Le Franc de Pompignan, Archevêque de Vienne ; voire même celui de l'Abbé Maury, et du Vicomte de Noailles : examinez, continua-t-elle, voyez quelle énorme concavité j'expose à vos regards ; voyez quelle profondeur, quelle ouverture, et dites-moi, si Maurice, Comte de Saxe, ou quelqu'autre Hercule de sa trempe, eurent dédaigné rendre hommage à cette croupe vénérable : examinez ce mouvement de reins, cette agilité de charnière, cette souplesse, et convenez que je me suis rendue égale à vous, quoique d'un autre sexe, et que mes prétentions ont autant de fondement que les vôtres. Oui, je veux être des initiées, et jouir, ainsi que vous, de toute la gloire que je me suis acquise ; et si quelqu'un de vous ose me la disputer, qu'il entre en lice, qu'il ajuste son braquemare ; je veux le diriger, lui faire fournir sa carrière, et le forcer à convenir que Tabouret est le phénix de la Boug... Accourez Boug..., Bardaches, Bardachins, Bardachinets, contemplez et voyez si la mobilité de mon Rond ne met pas en défaut la mobilité du vôtre ». Alors cette Prêtresse de Sodome fit un grand mouvement de reins en écartant les cuisses, qui força l'Assemblée à un bravo général. La majeure partie des Membres se pâmèrent de plaisir, et jugèrent qu'il n'y avait lieu à délibérer. Tabouret prit place à la séance, et fut déclarée Chevalière de l'Ordre. »

 


in Les enfans de Sodome à l'assemblée nationale [1790], Anonyme, Editions GayKitschcamp, mars 2005, ISBN : 2908050609, pp. 39 à 48

 

Commenter cet article