Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les lunettes d'or, Giorgio Bassani

Publié le par Jean-Yves

Ferrare. Les années 30 du fascisme italien. La bourgeoisie de province, engluée dans le traditionalisme italien. La vie terne. Les déambulations du soir, où l'on se montre, où l'on s'épie.

 

Mais le narrateur, jeune bourgeois juif nous conte seulement l'histoire de l'homme aux lunettes d'or, ces lunettes qui brillent parfois dans l'obscurité des places d'orchestre du cinéma, places fréquentées par les ouvriers et les soldats.

 

Les salles obscures étaient déjà en ces années, les lieux de drague racontés plus tard par Pasolini, et c'est évidemment pour cela que le Docteur Fadigatti les fréquentait. Ces habitudes n'échappaient pas totalement aux bons bourgeois, machistes de famille. Après tout, ce médecin moderne, venu de Venise pouvait bien, compte tenu de sa valeur professionnelle, de sa distinction et de sa discrétion, entourer de mystère certaines de ses habitudes.

 

Mais les années ne pardonnent guère et vers la quarantaine, comment continuer à vivre en marginal quand on ne l'assume pas complètement.

 

Alors les condamnations morales germent lentement. Et c'est dans une station balnéaire de l'Adriatique, qu'éclatera le scandale.

 

Entre les matinées sur la plage et les soirées à l'hôtel, ces bourgeois de Ferrare en vacances verront comment Athos Fadigatti peut être bafoué par son jeune amant/gigolo.




On ne pardonne pas aux perdants discrets et timides jusque dans leur malheur. Ce sera la chute lente de cet homme. Il croyait à tort que la discrétion et la soumission aux bonnes apparences lui laisseraient vivre sa vie. Comme les Juifs italiens, fascistes «de la première heure» pensaient échapper à l'application des lois raciale en gestation.

 

■ Editions Gallimard, Collection L’étrangère, 1996 (réédition), ISBN : 2070744167

 


Lire aussi sur ce blog : Les lunettes d'or, un film de Giuliano Montaldo (1987)


Ce roman (ainsi que tous les autres de Giorgio Bassani) est disponible dans une nouvelle traduction de Michel Arnaud et Gérard Genot sous le titre générique "Le roman de Ferrare", Editions Gallimard, 840 pages, 21 avril 2006, ISBN : 2070772985


Du même auteur : Derrière la porte

 

Commenter cet article