Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La chambre d'ami, Yves Dangerfield

Publié le par Jean-Yves

Cette chambre est celle de Philippe Delarue, jeune, beau, sportif, intelligent et né riche, tout pour réussir donc. Il réussira d'ailleurs, mais à sa manière, que je me garderai bien de dévoiler. Bien sûr il fascine son condisciple Marc, tout son contraire, lui : pauvre, vivant dans une cité HLM, affublé d'une mère que l'on verrait bien sur un marché comme le remarque son ex-mari qui l'a plaquée, physique transparent, le genre de personne dont on ne retrouve jamais le nom lorsque l'on regarde de vieilles photos.


Bref un garçon qui doit faire ses preuve comme le résument cyniquement ses chers professeurs, suivant en cela l'exquise formule consacrée.


Et voilà qu'un jour le séduisant Philippe se prend d'amitié pour Marc le délaissé. Tout bascule. À ce stade, on se dit, ça y est, c'est parti pour le nième remake des «Amitiés particulières». Pas du tout ! Yves Dangerfield est autrement plus "pervers" et il nous entraîne vers des rivages qui m'ont rappelé «Le droit du plus fort» de Fassbinder ou plus récemment «Douches froides» de Anthony Cordier et «Je t'aime toi» de Olga Stolpovskaya et Dmitry Troitsky. Le tout écrit dans un style grinçant et alerte qui heureusement ne cherche jamais à faire "jeune branché".


Une réussite. Marc va tomber amoureux bien sûr... mais de la famille de Philippe. Entre les deux garçons se développe une curieuse relation où l'amour le dispute à la haine ; relation totalement fausse puisque Marc hait Philippe, vraie aussi car Philippe déteste autant que Marc le personnage qu'il paraît être. Ni l'un ni l'autre ne veulent devenir ce que sont leurs parents, chacun d'eux est fasciné par l'autre, leur amitié est faite d'un curieux transfert.


Mais il ne suffit pas d'occuper la chambre d'ami pour échapper à son passé... Et Philippe, même barman dans un club de tennis, suscitera toujours un avis très favorable !


■ Éditions Grasset, mars 1984, ISBN : 224626281X


Commenter cet article