Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les études sur la sexualité : quel avenir ?

Publié le par Jean-Yves

Historiens et sexologues auraient besoin de porter une plus grande attention à la formation sociale des mœurs sexuelles, à leur chorégraphie et à leur architecture, aux représentations et aux présupposés des actes sexuels. La relation entre le fantasme et le comportement sexuel ou celle liant le contexte social avec les pratiques sexuelles devraient donner lieu à plus de recherches.

 

La sexualité est un phénomène en constant changement, c'est une manifestation de la culture du corps. Jusqu'à récemment, les sociologues considéraient les actes sexuels comme un phénomène biologique, comme un socle naturel dans un environnement social, et par conséquent ils ont peu ou pas analysé la nature sociale de ces actes. Et ignoré les implications historiques, sociales et politiques des mœurs sexuelles.

 

Des questions n'ont jamais été analysées historiquement et sociologiquement. Pourquoi les bordels avec leur tenancière ont-ils disparu ? Pourquoi le cuir s'est-il imposé comme un signe de relation sadomasochiste ? Pourquoi l'hétéro ou l'éphèbe disparaissent-ils de l'imaginaire homosexuel alors qu'ils constituaient une figure centrale dans les romans de Forster, Ackerley ou Proust au début du XXe siècle ? Et comment peut-on lier ce fait à l'homogénéisation et à l'intégration de l'homosexualité dans la société actuelle ?

 

La sexualité est un phénomène social souple et historique, non une entité clinique ou naturelle.

 

Commenter cet article