Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'élève, une nouvelle d'Henry James [1891]

Publié le par Jean-Yves Alt

Dans cette longue nouvelle, l'affection tendre d'un jeune précepteur pour un adolescent génial est étudiée avec une discrétion qui n'exclut pas la profondeur : l'auteur s'est intéressé à l'attitude d'un enfant devant la conduite des adultes.

La tragédie de « L'élève » est, comme celle de bien d'autres héros d'Henry James, celle des natures excessivement sensibles.

Pemberton, un jeune homme intelligent et raffiné, est engagé, au sortir d'Oxford, par la famille Moreen comme précepteur du jeune Morgan. Celui-ci est un adolescent maladif, brillant, lucide, riche en intuitions et en connaissances instinctives. Il juge avec exactitude et ironie tant ses parents, des aventuriers du type respectable, snobs, qui ne paient pas leurs dettes que ses sœurs, parasites sociales en quête de maris riches.

Pemberton s'attache de plus en plus à Morgan et reste avec lui, bien que ses émoluments ne lui soient pas payés, à cause de la tendre affection qu'il éprouve pour son élève. L'enfant lui révèle que c'est un système de la part de ses parents que de provoquer un attachement qui les dispense de s'acquitter de leurs obligations.

Pemberton se prépare à emmener Morgan avec lui. Mais l'adolescent est condamné et pressent sa mort prochaine. Il est frappé par une crise cardiaque avant d'avoir pu connaître le bonheur avec son jeune maître et ami.

Telle est, en quelques lignes, l'intrigue de ce récit poignant, délicat, riche en profondeurs psychologiques. Le caractère de Morgan se développe peu à peu devant les yeux du lecteur et atteint, avant la fin, une remarquable plénitude.

Il y a quelque chose de grec dans la tragédie qui se développe dans cette nouvelle. Morgan est, par ses paroles et ses actions, un être supérieur. Il reste pourtant prisonnier d'un monde inférieur à lui-même, symbolisé par sa famille. Pemberton symbolise d'une certaine manière l'intermédiaire entre l'adolescent et sa famille. Mais sa médiation est impossible car d'une part il y a la grande fragilité de Morgan et d'autre part l'égoïsme immense de ses parents qui brisera le cœur de l'adolescent et le tuera au moment même d'une possible libération.

Morgan est victime du monde extérieur, médiocre, vulgaire, snob. Mais il est aussi victime de sa lucidité. Est-il possible de se rebeller contre ce qu'on comprend trop bien ?

■ L'élève, une nouvelle d'Henry James, Editions du Seuil/Points Roman, 2000, ISBN : 2020194236


Du même auteur : Les Bostoniennes


Lire aussi une critique de Bernard Alapetite sur l'adaptation cinématographique de cette nouvelle par Olivier Schatzky.

Commenter cet article