Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Automates, Nathalie Le Gendre

Publié le par Jean-Yves

Luka était un pilote prometteur jusqu'à ce qu'un grave accident de moto le plonge dans un profond coma. Les médecins le maintiennent en vie, mais cela coûte très cher.


Si ses parents ne trouvent pas le moyen de continuer à payer les frais d'hospitalisation, Luka subira une lobotomie, une opération qui fera de lui un automate, une machine.


Car les techniques médicales ont fait de tels progrès que pour faire «revivre» quelqu'un, il suffit de lui greffer, dans le cerveau, un ordinateur. C'est la proposition que fait le professeur Allen aux parents de Luka. Sauf que cette «renaissance» ne fera que transmuer l'adolescent en un automate privé de sentiments et de volonté !


Alors Andhré-Ann, sa jeune sœur décide de concourir aux Olympies, déguisée en garçon, sur une moto dont la conduite est interdite aux femmes, pour gagner l'argent nécessaire à l'hospitalisation de son frère. Mais Andhré-Ann se doute-t-elle que l'accident de Luka n'a rien de fortuit, et qu'elle risque elle-même, en participant aux courses, davantage que la prison ?


Cette Andhré-Ann, narratrice de sa propre histoire, a un tempérament bien trempé et se bat avec courage contre les préjugés qui règnent dans la société où elle vit. Elle confondera le professeur Allen et ses agissements terrifiants tout en découvrant sa propre attirance vis-à-vis de son amie Illana :

– Andhré-A ! Rien ne pourra altérer notre amitié !

Je ferme deux secondes les yeux avant d'attaquer :

– Voilà... j'éprouve de drôles de choses pour toi... Quand tu me touches, quand tu m'embrasses... Je sais, on fait semblant devant les autres... Mais pour moi, c'est différent... Une lumière s'allume en moi... comme si j'étais...

Illana me lâche brusquement la main. Blessée par sa réaction, je jette :

– Je suis un monstre, hein ?

– Continue, dit-elle simplement.

– Non, tu ne vas plus me...

– Continue!

Son ton implorant me déroute. J'obéis :

– Quand je t'ai vue la première fois dans les bras de Marco, ou encore si proche de Fredd... Lorsque les mecs posent leur regard appréciateur sur toi... ça me rend chaque fois malade... Et puis... ce soir, c'est une évidence... Dès que Duncan m'a touchée, je suis devenue aussi froide qu'un iceberg... pire... je ne pensais qu'à toi. Illana... je suis navrée... Je n'ai jamais ressenti ça auparavant... pour une fille, ou du moins je ne me rendais pas compte que j'étais comme ça...

– Que tu étais comme quoi ? Comme un monstre ? Une personne anormale ?

Ces questions me font mal. La douleur dans sa voix me terrifie. Je l'ai perdue...

– Réponds !

Je frissonne.

– Non ! Pas du tout ! Je voulais dire que je ne savais pas que j'étais attirée par les filles. Je ne me considère pas comme un monstre ! (page 118)

« Automates » est un roman plein de rebondissements qui se lit avec la même célérité que ceux-ci apparaissent et qui aborde, avec finesse, élégance et crédibilité, l'orientation homosexuelle de son héroïne.


– Je n'ai pas envie de passer le reste de mes jours dans une société qui brime la liberté personnelle, surtout celle des femmes. J'ai trop envie de vivre. De goûter à tout ce qui existe sur terre, sans restriction.

Je plonge mon regard dans celui d'Illana tout en lui serrant tendrement la main.

– Et puis, nous voulons trouver un pays où l'homosexualité n'est pas taboue ou considérée comme une erreur de la nature, un pays où l'on peut s'accomplir, que l'on soit femme ou homme. (page 198)


Un roman de science-fictionsur une société pas si éloignée que la nôtreapte à faire réfléchir ses lecteurs sur des problématiques éthiques actuelles.



■ Editions Mango, Collection Autres Mondes, 2005, ISBN : 2740419201



Lire aussi la chronique de Lionel Labosse sur son site altersexualité.com


Commenter cet article