Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rose, bleu et or : les couleurs primaires d'Yves Klein

Publié le par Jean-Yves

A première vue, on pense à un plumier ou à une palette de maquillage avec ses poudres dignes des plus excentriques maquillages : rose, bleu et or.

 


A côté est disposé un manuscrit enroulé où l'on peut lire :

 

« Y. K. Le bleu, l'or, le rose, l'immatériel de l'air, l'architecture de l'air, la climatisation de grands espaces géographiques pour un retour à une vie humaine dans la nature à l'état d'énigme de la légende. Les trois lingots d'or fin sont le produit de la vérité des 4 premières zones de sensibilité picturale immatérielle. »

 



D'Yves Klein, on connaît surtout le bleu profond dont il couvrit tableaux, éponges et objets. Mais ce bleu ne saurait le résumer : il développa l'art de la performance en recueillant l'empreinte du vent ou de la pluie, en sautant dans le vide puis en rapportant l'événement dans un journal à numéro unique intitulé Dimanche et élaboré spécialement à cette occasion, ou en inventant la peinture de feu réalisée avec un lance-flammes, ou en utilisant des femmes comme pinceaux vivants...

 

Véritable quête d'un art immatériel.

 

Dès 1959, Yves Klein a vendu contre 150 grammes d'or certaines de ses œuvres abstraites qu'il a intitulées Zones de sensibilité picturale immatérielle à quelques acheteurs, comme pour leur démontrer que, au-delà d'une simple fabrication technique, l'art est de l'ordre de la création spirituelle et de l'invention mentale.

 

Klein ne connaît pas immédiatement le succès international : il a vécu, à ses débuts, des années de solitude et de manque de confiance. Il gagnait alors sa vie comme professeur de judo.

 

On comprend mieux ainsi la suite du manuscrit quand il invoque sainte Rita, patronne des cas désespérés : « […] Sainte Rita de Cascia, sainte des cas impossibles et désespérés, merci pour toute l'aide puissante, décisive et merveilleuse que tu m'as accordée jusqu'à présent. Merci infiniment. Même si je n'en suis pas personnellement digne, accorde-moi ton aide encore et toujours dans mon art et protège toujours tout ce que j'ai créé pour que même malgré moi ce soit toujours de Grande Beauté. »

 

Yves Klein, Ex-voto dédié à Sainte Rita de Cascia, 1961

Pigments purs, feuilles d'or, lingots d'or et manuscrit dans plexiglas, 21cm x 14cm x 3,2cm

Monastère de Sainte-Rita à Cascia (Italie)

 

Le bleu, le rose, l'or forment la base de toute son œuvre : avec eux, il a inventé un monde nouveau et m'invite à le partager avec lui.

L'essentiel n'est pas dans la peinture mais dans ce qu'elle révèle de l'invisible.

 

Commenter cet article