Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Souvenirs palestiniens : La beauté des jeunes feddayin

Publié le par Jean-Yves

« Les deux premiers feddayin étaient si beaux que je m'étonnai moi-même de n'avoir aucun désir pour eux, et plus je connus les soldats palestiniens en armes ornés par elles, costumés léopard bérets rouges sur l'œil, tels enfin que chacun paraissait non seulement la transfiguration de mes fantasmes, mais leur matérialisation m'attendant là, devant moi, et, « comme s'ils » m'étaient offerts.


C'est peut-être cela : d'abord le mot « ornés », « ornés d'armes », écrit et sans doute pensé, or les fusils servaient. Ils étaient outils, non ornements. Les feddayin ne m'obéissaient pas, ils n'apparaissaient ni ne disparaissaient à ma convenance ce que je pris longtemps pour une sorte de limpidité, d'absence totale d'érotisme était peut-être imposé par l'autonomie de chaque soldat. Pour le dire plus brièvement - mais il faudra que j'y revienne – je dois employer le mot prostitution. Elle était absente, et tout désir l'était. Le seul trouble que j'éprouvais : que cette absence de désir correspondît avec la « matérialisation » de mes propre désirs amoureux, à moins, comme je l'ai dit, que cette « réalité-là » rendît vaine la « réalité en moi » des fantasmes. Ainsi en avait-il été des Panthères Noires, aux USA. »


Jean Genet


■ in Un captif amoureux, Editions Gallimard/Folio, 1995, ISBN : 2070392988


Commenter cet article