Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Prévention SIDA, lorsque les tabous explosent : sérotriage

Publié le par Jean-Yves Alt

Aides Ile de France a fait du refus du sérotriage son slogan pour la dernière gay pride, laissant penser ainsi que cette pratique se répand rapidement parmi les gays.

A priori on ne peut éthiquement qu'être opposé à cette option, choquante dans la mesure où elle est créatrice de discriminations. On pourrait en rester là, mais la réalité des pratiques semble s’imposer jusque dans les campagnes de prévention.

Dernièrement, l’association B-safe a sorti une campagne dans laquelle on voit deux corps masculins enlacés, portant chacun une croix tracée en rouge. L’intention est louable, le slogan qui accompagne l’image est sans équivoque :

"Le préservatif nous protège de la surcontamination"

Mais l’usage des signes positifs en marquage de ces deux corps non personnalisés, puisqu'on ne voit pas les visages de ces corps troncs, désindividualise le message. Image brutale, cette façon de caractériser la séropositivité par des croix marquées sur les corps ne va-t-elle pas s’installer dans les campagnes de prévention ? Ces corps ne prennent sens qu'en référence à l'existence d'une supposée identité séropositive, découplée de toute autre réalité. Ce qui nous est proposé, donné à voir, ce sont deux corps séropositifs amoureux. Nous sommes donc placés d’emblée dans l’univers du sérotriage, puisque dans ce choix, la réalité complexe de l'individu s'efface derrière l'affirmation prioritaire de sa réalité sérologique. Du coup, cette image a pour effet involontaire de visibiliser la pratique du sérotriage.

Cette affiche a au moins le mérite de mettre les pieds dans le plat…

Commenter cet article