Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mais il part, Marie-Sophie Vermot

Publié le par Jean-Yves

Par le plus grand des hasards, Saul, un lycéen, va devenir le "promeneur" de la chienne Lola. Cette après-midi là, Saul rattrape à temps, l'animal, que son maître avait laissé échapper et lui évite de passer ainsi sous les roues d'un bus. Monsieur Debray, le vieil homme qui promenait Lola le remercie chaleureusement et lui explique la situation.


Lola n'est pas sa chienne : elle appartient à son voisin, qui trop malade ne peut aller la promener. Monsieur Debray propose à Saul de l'accompagner afin que le véritable propriétaire le remercie. C'est ainsi que Saul se retrouve le "promeneur" attitré de Lola. Le maître de Lola, Kyle, lui explique rapidement sa situation : il est sidéen et son compagnon est décédé de cette maladie, quelques années auparavant. Si au départ, Saul voit en cette activité, un moyen de se faire du "fric" pour s'acheter une guitare d'occasion qu'il a repérée, il va peu à peu s'attacher à Kyle au point de renoncer aux vacances scolaires prévues avec ses parents.


Dans ce roman pour adolescent, Marie-Sophie Vermot cerne bien les besoins de Saul avant sa rencontre avec Kyle : "s'éloigner" des parents, ne pas toujours penser aux travaux scolaires (les révisions du bac français), se sentir autonome, se réaliser autrement que par les seules activités jusque-là "programmées" par les parents (la flûte traversière / Saul rêve de faire partie du groupe de rock que son copain Julien veut créer)…


Son père est, tout à la fois, exigeant et accueillant : il rappelle à son fils ce sur quoi il tient (les études) tout en gardant son cœur ouvert. Saul n'a pas de gros problèmes relationnels avec sa famille : d'ailleurs, s'il commet quelques mensonges, il se rend vite compte que son utilisation répétée ne construit rien de solide.


Marie-Sophie Vermot sait faire partager aux lecteurs les peurs qui bloquent les dialogues (Saul ne dira pas au début que Kyle est atteint du SIDA, par crainte de la réaction de ses parents), les silences qui en disent toujours plus longs (on peut penser que la mère de Saul accepte mal d'apprendre la maladie de Kyle puisqu'en cachette de son fils, elle tente de mettre fin à leurs "relations"), les déceptions qui font "capoter" les rêves (Julien, qui démarre son groupe de rock, n'accepte pas la non disponibilité de son ami)…


L'auteure raconte sans aucun misérabilisme la vie qui s'en va, ce qui permet à Saul d'acquérir un état de conscience qu'il n'avait pas jusque-là.



J'ai néanmoins regretté que Marie-Sophie Vermot n'aille pas plus loin dans la découverte de cette nouvelle conscience.
Je trouve que la présence de Bettina, en nièce exubérante, "anesthésie" la relation entre Saul et Kyle. Bettina montre certes qu'il est possible d'accompagner un mourant tout en conservant une gaieté consciente. J'aurais aimé découvrir comment Kyle aurait fait pour annoncer à Saul qu'il lui rappelait, tant par son physique que par son comportement, son amant décédé (crainte d'une lecture pédophile du roman ?). La fin, tellement ouverte (Kyle est conduit à l'hôpital) m'a aussi beaucoup déçu : la mort est-elle si redoutable pour ne pas être présente explicitement dans le roman ? Il aurait été intéressant de découvrir chez Saul les conséquences d'un drame qui le dépasse largement.



Dernier point, qui aurait mérité plus d'interrogation : le quiproquo entre Bettina et Saul à propos de la sexualité de l'adolescent («Je n'en suis pas un, d'accord ?» lui lança-t-il). Il aurait fallu creuser les silences de Saul avec Julien, son refus de lui parler de Kyle, son désir de faire de la guitare (même s'il a besoin d'une pause momentanée). De la même manière, articuler la rupture avec le groupe de Julien et la peur que Saul a d'être perçu comme un homo…


Des émotions manquées, c'est dommage.



■ Editions Thierry Magnier, mai 2005, ISBN : 2844203647



Lire aussi la chronique de Lionel Labosse sur son site altersexualité.com


Commenter cet article