Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ, un film de Jean Yanne (1982)

Publié le par Jean-Yves

La révolte gronde à Rahatlocum, colonie romaine d'Afrique du Nord. Les folies de César coûtent en effet très cher à la cité, où l'empereur passe, comme chaque année, ses vacances. Le consul Demetrius fait arrêter le meneur de la contestation, le garagiste Ben-Hur Marcel, président de «l'Union des commerçants». Puis, pour justifier une répression de grande envergure, il n'hésite pas à fomenter un faux complot contre l'empereur et décide de se servir de son prisonnier afin d'infiltrer les mystérieuses Brigades pourpres...


ou Deux heures moins le quart avant l'homophobie


Ce film qualifié de "rigolo" par les médias m'interroge par l'humour suranné qu'il traîne avec lui. Que donne-t-on en pâture à notre envie de rire dans ce film ? La différence homosexuelle, avec ce remake de la "Cage aux folles" : César-Michel Serrault s'employant à nous en proposer un panégyrique complet, professionnel, sans bavures. Autour de lui, on en rajoute également pour jouer résolument la folle : Léon Zitrone avec sa toge coquine, Yves Mourousi une bague à chaque doigt ou José Arthur en folle tenancière de boîte cuir.


Etrange que ces trois journalistes français d'entre les plus célèbres et professionnels de l'époque aient accepté de tourner dans cette mascarade bâclée.



Plus grave est mon interrogation quant aux motivations de Jean Yanne. L'imagerie qui se déploie sur les mœurs de cette Rome de toc (Jérôme Carcopino doit en rougir dans sa tombe), ce rire usé et fatigué sur la folle, tout cela n'est pas très frais.


Qu'est-ce qui peut donc faire écrire et vendre un scénario pareil ?


« Le rire sur les pédés est raciste et facile », disait Coluche, pourtant impliqué dans ce film.



Je ne peux croire qu'on fabrique un tel script sans arrière-pensées, sans malaise initial. Je vous laisse deviner lequel.


Commenter cet article