Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Michel Foucault et la sexualité : du comportement sexuel comme enjeu moral (1/2)

Publié le par Jean-Yves Alt

En 1976, Michel Foucault avait surpris en publiant le tome 1 de son Histoire de la sexualité (Gallimard, Bibliothèque des Histoires, ISBN : 2070295893). Pour lui, le discours sur le sexe à l'époque moderne, loin d'être défini par l'interdit, est au contraire caractérisé par son bavardage, sa «volonté de savoir». La sexualité est une invention d'aujourd'hui.

Huit ans après, il livrait deux ouvrages exceptionnels qui eux aussi allait à l'encontre d'idées reçues.

La place du sexe en Grèce est marquée par une philosophie des plaisirs qui ne s'oppose pas directement à la doctrine chrétienne. Le sexe en Grèce était aussi source d'inquiétude. Or la réponse morale y fut différente.

L'amour des garçons y faisait problème mais il apparaissait aussi comme le seul moyen d'un dépassement et d'un renoncement aux plaisirs du sexe. Comme le véritable amour. Avec la morale stoïcienne, cette éthique est battue en brèche par une reformulation du rapport à soi. L'exigence de réciprocité dans l'acte amoureux établit le désir d'un plaisir légitime. L'inquiétude à l'égard du sexe est plus grande. L'idée du mal n'est pas encore présente mais l'amour des garçons commence à disparaître des préoccupations philosophiques.

Les tomes 2 et 3 de son histoire de la sexualité ne se distinguent pas par l'originalité des documents utilisés mais par la lecture qu'il en fait. Dès 1976, la problématique Foucault avait tenu à en finir avec l'hypothèse répressive selon laquelle l'histoire de la sexualité n'est que le long cheminement des interdits à l'égard de tout désir. Au contraire, il soulignait que notre époque a inventé la sexualité, c'est-à-dire une classification arbitraire d'un ensemble d'attitudes désignées comme sexuelles.

«Le projet, écrivait Foucault dans son tome 1, était une histoire de la sexualité comme expérience. Il s'agissait en somme de voir comment, dans les sociétés occidentales modernes, une "expérience" s'était constituée, telle que les individus ont eu à se reconnaître comme sujets d'une "sexualité" qui ouvre sur des domaines de connaissances très diverses et qui s'articule sur un système de règles et de contraintes.»

Son projet a été sensiblement modifié en cours de route. Ne voulant pas faire une histoire des idées ou des mentalités mais celle d'une expérience, il est apparu au philosophe, la nécessité, malgré tout, d'aller au-delà. De réorganiser toute son étude autour de la lente formation, pendant l'Antiquité, d'une herméneutique de soi. Foucault revient tout au long de ses analyses sur ce qui est l'objet véritable de son étude, «l'analyse des pratiques par lesquelles les individus ont été amenés à porter attention à eux-mêmes, à se déchiffrer, à se reconnaître et à s'avouer comme sujets de désir». Il y a donc eu un déplacement théorique par rapport au projet initial. Les tomes 2 et 3 de son étude sont donc un traité d'analyse de la constitution d'une morale. Elle était centrée aux Ve et IVe siècles, dans la Grèce classique, sur l'Usage des plaisirs (tome 2) et plus tard elle évolue, durant l'époque hellénistique et romaine, à cause du Souci de soi (tome 3).

A l'époque de Socrate, de Platon, les philosophes grecs désignent les choses du sexe par un terme assez flou : les aphrodisia, c'est-à-dire les œuvres d'Aphrodite. Non pas d'ailleurs pour délimiter des actes sexuels précis mais un ensemble d'actes, de gestes qui procurent une certaine forme de plaisir. Dans tous les textes de l'époque, l'interrogation concernant le sexe s'attache avant tout au rapport de l'individu - l'homme libre - à l'égard des actes sexuels. Foucault nous fait ainsi découvrir que la forme revêtue par l'acte, le désir ou le plaisir qu'on en tire n'est pas l'objet d'interrogations fondamentales. Par exemple, ce n'est pas l'acte sexuel lui-même qui fait souci mais son intensité. On condamnera l'exagération, jamais tel plaisir particulier. Ainsi se développe une morale du bon usage, un art ou plutôt une technique de vie. Avec au centre, la nécessité de tempérance.

En fait la préoccupation principale de l'homme libre de cette époque est conditionnée par son aptitude à se dominer. De la même façon qu'on lui demandera de régir sa vie en fonction de sa place dans la cité, l'homme libre doit se gouverner soi-même. L'excès est à proscrire. Ce qui implique d'ailleurs une relative suspicion à l'égard des plaisirs sexuels et, tout compte fait, une mise en garde contre certains actes. Mais, et cela fonde la grande différence avec la doctrine chrétienne, sans jamais conduire à des interdits.

«La réflexion morale des Grecs sur le comportement sexuel n'a pas cherché à justifier des interdits mais à styliser une liberté.» Car l'activité sexuelle apparaît comme une force qui vous prend de l'énergie, avec laquelle il faut lutter pour ne pas tomber sous son emprise. D'où les inquiétudes et les conseils de la médecine mais surtout l'érotique qu'elle impliquait et qui, à cause de cela, s'attachait à l'amour des garçons.

■ Histoire de la Sexualité, de Michel Foucault, Tome 2 : l'Usage des plaisirs, Gallimard, «Bibliothèque des Histoires», ISBN : 2070700569, 1984

■ Histoire de la Sexualité de Michel Foucault, Tome 3, le Souci de soi, Gallimard, «Bibliothèque des Histoires», ISBN : 2070273822, 1984


Lire un extrait de : Histoire de la Sexualité, Tome 2 : L'Usage des plaisirs


Lire la seconde partie


LIRE aussi sur ce blog :

- L’invention de l’homosexualité par Michel Foucault - Michel Foucault et l'archéologie des plaisirs - Michel Foucault et le désir - Michel Foucault : une histoire de la problématisation des comportements sexuels - Herculine Barbin, dite Alexina B, présenté par Michel Foucault

Commenter cet article