Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le langage perdu des grues, David Leavitt

Publié le par Jean-Yves

Etonnant, remarquable roman que "Le langage perdu des grues" de David Leavitt, en tout point accompli. David Leavitt choisit délibérément des personnages homosexuels et situe son intrigue dans la société américaine d'aujourd'hui. Ses personnages vivent un quotidien ordinaire et ne posent pas leur homosexualité comme une tragédie ou une marginalité qui par son intensité de blocage ferait question importante : comment vivre aujourd'hui son homosexualité dans le contexte social, comment la vivre pour être heureux ou du moins en accord avec soi-même, sachant qu'hétéro ou homo, les problèmes de travail, de vieillissement, l'amitié, la passion, les aventures et le refuge positif d'une affection respectueuse de chacun mesurent une existence commune à chaque individu quel qu'il soit.


Modestie qui permet à David Leavitt d'entourer Philip, son héros homosexuel, de sa mère Rose, de son père Owen (qui à plus de cinquante ans ose reconnaître son homosexualité, s'en ouvre à son fils, à sa femme, comme Philip a su «communiquer» avec ses parents), de Jerene, une lesbienne, d'Eliot l'amant du bonheur exalté mais aussi de Brad qu'il découvre lentement.


Je dis mon enthousiasme pour ce roman parfaitement construit, où le face à face des parents de Philip, dans son intense désespoir (comment vivre avec une femme qu'on aime et qu'on respecte quand on rêve des bras d'un homme ?), est le contrepoint de l'initiation homosexuelle du fils. Les valeurs établies depuis si longtemps vacillent face à ses doutes, ces désirs, ces bonheurs ou ces misères et ici l'histoire de Philip (qui n'occupe pas toute la place) sert de révélateur à une société en mutation.


Le lecteur est pris dans l'abondance romanesque du récit et en même temps est attiré de l'intérieur vers chaque personnage. Reste cet appel éternel de l'homme, sa quête d'amour, comme cet enfant privé de sa mère qui s'attache à la grue qui monte et descend, la grue qu'il fixe de ses yeux d'enfant abandonné, debout dans le berceau où il est oublié.


Un superbe roman que je conseille sans restrictions.


Traduit de l'américain par Michel Lederer, Denoël, 1988, ISBN : 2890850285 (ou Éditions Denoël, Collection : Et d' Ailleurs, 2000, ISBN : 220724941




Du même auteur :

A vos risques et périls [nouvelles]

Tendresses partagées

Quelques pas de danse en famille [nouvelles]


Commenter cet article