Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sans enthousiasme, Florence Seyvos

Publié le par Jean-Yves

Vincent ne manque de rien, ses parents sont à l'aise, mais Vincent est en "crise" et sait le faire comprendre à défaut de savoir en sortir. C'est normal, c'est ça l'adolescence.


Du haut de ses "bof" écœurés et de son spleen ennuagé par les dopes qu'il grille à la chaîne, ce grand garçon a du reste bien de la chance : en babas "bcbg" cultureux et pédagos émérites, père et mère supportent sans broncher les sarcasmes de leur fils. L'essentiel, après tout, est qu'il décroche son bac. Ils assurent comme des pros dans cette seule perspective et ne demandent à Vincent que d'assurer lui aussi au plan scolaire, entre deux états de torpeur ou deux prurits psychologiques : qu'importe ! Travaillera-t-il ? Oui, il travaillera.


Contre toute attente, on le voit même soudain saisi par le démon de la lecture. Anguille sous roche ? Quelque flirt providentiel avec une "Lolita" surdouée ? Pas du tout. Une passion, une vraie ? Et pour qui ? ...


Pour Monsieur Wahl, le nouveau prof d'allemand ! Je précise tout de suite que Monsieur Wahl ne semble pas homo du tout. Quant à Vincent, tout potache qu'il est, il ne connaît jamais d'émois, qu'au niveau cérébral… Tout, ainsi, sera bien qui finira bien, ou plutôt qui ne finira pas, l'histoire se concluant en queue de poisson.


En publiant, en 1991, ce court roman, la maison d'édition "L'Ecole des Loisirs" pensait-elle évoquer pour les quinze-seize ans le thème de l'homosexualité qu'elle avait déjà remarquablement abordé pour les huit-douze ans dans le livre "Les lettres de mon petit frère" de Chris Donner sorti la même année ?


Florence Seyvos, au demeurant fine psychologue et remarquable styliste, aurait-elle éludé d'exploiter à fond son histoire ? Je n'ose pas imaginer cette hypothèse qui serait alors la marque d'un traitement timoré ne sachant pas sortir des zones balisées de l'hypocrisie traditionnelle de la plupart des "pédagos" en la matière.


Il m'amuse alors de voir derrière ce roman, cette vertueuse mise en garde :

« Attention, jeunes pères ! A tant rechigner à assumer vos responsabilités familiales, vous prenez le risque de voir se substituer à votre autorité légitime l'ascendant charmeur des pédés... qui sont partout comme chacun sait, dans l'enseignement comme ailleurs, et guettent bien sûr vos fils. »

Un livre qui reste une curiosité à ne pas négliger.


■ L'Ecole des loisirs, collection Médium, 1991, ISBN : 2211059589



Lire aussi la chronique de Lionel Labosse sur son site altersexualité.com


Commenter cet article