Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'attends mon mari, de Karim Deya ou la difficulté d'être homosexuel en Afrique noire

Publié le par Jean-Yves

Thiossane et Moctar Saïdou Bâ sont des « Goor jigen », c’est-à-dire des homosexuels. Ils sont épris l'un de l'autre. Mais comment s’aimer entre hommes au Sénégal ? Leur marginalité les contraint à une discrétion absolue faite d’angoisse, parfois de terreur et de désespoir.

Ils n’ont rien à offrir à leur société que leur différence ni rien à recevoir d’elle. La solidarité n’existe plus que pour condamner l’homosexualité que l’on tient pour l’abomination par excellence. C’est un sujet qui embrase les foules. Les hommes politiques en jouent comme d’un paravent béni pour glaner les suffrages populaires, tenter de détourner l’attention des masses des véritables problèmes ou de la réalité de leur propre incompétence.

Tout naturellement, Thiossane et Moctar Saïdou Bâ aspirent à une vie plus sereine et projettent, à cet effet, de trouver refuge en Europe. Ils apprendront que les libertés dites fondamentales et universellement reconnues n’existent nulle part sans accrocs...

Karim Deya, auteur-né, utilise la littérature comme un cri de révolte.

■ J'attends mon mari, de Karim Deya ou la difficulté d'être homosexuel en Afrique noire, Editions Textes Gais, juillet 2014, ISBN : 9782363079848, 12€ (format papier), 5€99 (format numérique)

Droits LGBT au Sénégal

Livre disponible aux Mots à la Bouche en format papier

Livre disponible chez Immateriel.fr en format numérique

Commenter cet article