Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jérôme par cœur, Thomas Scotto & Olivier Tallec

Publié le par Jean-Yves

Raphaël aime Jérôme et il le dit.


« Les jours de sortie au musée des tableaux, c'est moi qu'il choisit pour être bien en rang. C'est pour ça que je l'aime, Jérôme. Ça ne me dérange pas (1). Raphaël aime Jérôme, je le dis. Très facile. » (p. 9)


« Jérôme par cœur » est une histoire sur l'amitié. C'est un des derniers tabous. On a démythifié la religion, le sexe, la famille. Pour l'amitié, on en est encore à Saint-Exupéry, au Petit Prince, à Mowgli, aux Copains de Jules Romains.


Raphaël dit – avec des mots simples – les moments du quotidien où il se trouve bien avec son ami.


Avec cette façon de ne voir que le meilleur, on pourrait penser que le narrateur s'acharne à découvrir le meilleur de lui-même. Et peut-être aussi, cette peur de tomber juste et de découvrir qui il est. Sauf que Raphaël et Jérôme sont deux enfants qui vont à l'école maternelle. Et que ce que j'écris ci-dessus est une interprétation d'adulte.



Pour que l'émotion du lecteur existe, Thomas Scotto ne fait pas transparaître la sienne. Les mots qu'il utilise ne font pas écran entre les différents personnages et le lecteur. En rédigeant des phrases simples, il parvient à prendre le lecteur comme dans de la glu.


Ce livre ne prend jamais les représentations des grands moralistes. « Jérôme par cœur » saute d'une anecdote à une autre. Certaines sont parfois une situation-limite :


« Pour papa, Jérôme ne joue pas au foot, "c'est un peu dommage". Mais attention, même s'il ne se bagarre pas tout le temps avec les autres poings de l'école, pour être fort, il est fort, bien sûr. » (p. 13)


Si l'amitié n'est pas l'amour, si l'amitié n'est pas le lieu du sexe ; on devine, derrière les mots de Raphaël, que l'amitié concerne aussi le corps :


« Elle [la mère de Raphaël] ne voit pas que je suis caché là, en sécurité, bien protégé dans les deux yeux de Jérôme. » (p. 10)


Le sexe ne s'assimile pas au corps. Le sexe est dans le corps, mais celui-ci n'est pas dans le sexe. Dès que la sympathie, le plaisir à être avec quelqu'un entre en jeu, le corps est concerné, mais pas dans un lieu sexuel.


Jérôme est l'ami immense de Raphaël. Il est l'ami très cher, extraordinaire… et ce n'est pas seulement l'âge des deux garçons qui fait qu'ils n'éprouvent pas le besoin, ni l'envie, de passer à l'acte amoureux entre eux.


Les auteurs ont choisi en épigraphe de cette histoire un extrait du poème de Jacques Prévert, "Les enfants qui s'aiment" : « Et les passants qui passent les désignent du doigt. Mais les enfants qui s'aiment ne sont là pour personne. » Parfaite citation qui donne le ton et l'esprit de cette histoire.


Ce très bel album rappelle qu'on aime l'autre en tout : de la musique écoutée ensemble, d'une longue marche, d'un silence partagé et surtout dans la création continuelle de la vie.


■ Éditions Actes Sud Junior, novembre 2009, ISBN : 9782742786947



(1) Il y aurait beaucoup à dire sur le sens de « Ça ne me dérange pas. » que Raphaël emploie une unique fois au début de l'album…


Lire aussi la chronique de Lionel Labosse sur son site altersexualité.com


Commenter cet article